Après les salles de shoot, la drogue pour tous ?

Société

Ce matin le ministre des relations avec le Parlement a déclaré sur une radio concernant l’usage du cannabis qu' »Il ne faut pas que la condamnation morale s’installe mais plutôt éduquer » !Ainsi Jean-Marie Le Guen dévoile le second acte du plan des socialistes après l’ouverture des salles de shoot : la marche vers la légalisation des drogues.Si on regarde les derniers chiffres sur la consommation de cannabis chez les 17 ans et plus ils sont désastreux, il s’agit d’une inversion de tendance puisque nous avions connu une chute continue des consommations de 2002 à 2012.Face à ces chiffres catastrophiques le gouvernement argue d’une augmentation de l’offre de la production française de cannabis et de la faute à « pas de chance » ce qui dénote au mieux un immobilisme au pire une volonté de rentrer dans la dépénalisation.Car en réalité les discours officiels sont dépénalisant.Souvenons-nous que le premier message officiel du quinquennat a été celui d’un ministre de l’éducation nationale favorable à la dépénalisation.Les chiffres viennent à l’appui de cette démonstration puisque les interpellations pour usage sont passées de près de 140 000 en 2008 à moins de 80 000 depuis 2013.Par ailleurs le budget consacré à la lutte contre la drogue, à la prévention et à la lutte contre le trafic et l’argent de la drogue a été considérablement réduit et va servir à ouvrir des salles de shoot…L’UMP ne peut que relever la faiblesse des moyens consacrés au nouveau plan gouvernemental de prévention qui s’élèvent sur 5 ans à 58,8 M € alors que le précèdent plan 2008-2011, avait été financé à hauteur de 87,5 M € sur 4 ans (33,5 M € à la charge de la MILDT, 36,4 M € à celle des ministères et 8,7 M € au titre de la loi de financement de la sécurité sociale et du fond d’intervention pour la qualité et la coordination des soins), sans compter la lutte contre le trafic qui avait bénéficié par ailleurs de 60 millions supplémentaires grâce au fonds de concours de lutte contre les drogues pendant cette période.Face au désarroi des familles prisent dans l’enfer de la drogue, face au formidable travail des éducateurs qui au quotidien tentent d’extraire les jeunes de cette machine de mort le gouvernement rentre dans une démarche permissive voir complice ! Nous ne l’accepterons pas !Valérie DEBORDSecrétaire Nationale à la Famille
Source: Actualités UMP

Laisser un commentaire