Parcoursup : le 26 mai, arrêtons les incapables

Alors que de toute part l’alerte était sonnée, le chaos est là. 400 000 lycéen.ne.s sont sans proposition d’affectation dans le supérieur et plongé.e.s, au moment où s’ouvre la période de révision du baccalauréat, dans l’inquiétude.

Le gouvernement a échoué à prendre en charge le devenir de la jeunesse du pays. Il a organisé le tri social et territorial entre les élèves. La ministre, Frédéric Vidal, qui prétendait qu’aucun lycéen ne recevrait de « non », a menti à leurs familles.

Rien ne saurait empêcher les aspirations de centaines de milliers de jeunes de pouvoir se concrétiser dans la liberté de choisir ses études.

Le Parti de Gauche appelle les lycéen.ne.s, leurs familles et leurs enseignants à prendre part aux marées populaires, partout en France, samedi 26 mai, pour mettre en échec la politique de sélection à l’université.

Source: Actualités Parti de Gauche

Parcoursup : une loterie qui renforce les inégalités sociales

Aujourd’hui, depuis 18 heures, près de 400 000 futurs bacheliers et étudiants se retrouvent sans réponse à leurs vœux. Cela représente environ 50 % des candidats inscrits à Parcoursup, la nouvelle plateforme d’accès à l’enseignement supérieur. Ce chiffre extrêmement préoccupant plonge des centaines de milliers de familles, parents et lycéens, dans l’attente angoissée et incertaine du résultat en pleine période de préparation du baccalauréat.

Le Parti socialiste partage leurs préoccupations et exige du gouvernement des réponses. Avec cette réforme, le gouvernement a suscité des attentes légitimes. Cette réforme, précipitée et sans moyens suffisants, ressemble à bien des égards à une gigantesque improvisation.

Cette sélection se fait dans une totale opacité, les critères différant d’une université à l’autre.
Avant, les étudiants choisissaient leur formation. Désormais, ce sont les formations qui choisissent leurs étudiants. Pour la première fois, l’obtention du baccalauréat n’est plus un passeport pour l’enseignement supérieur.

Le Parti socialiste dénonce l’abandon de l’ambition républicaine d’une université pour tous. La priorité n’est plus donnée à la démocratisation de l’enseignement supérieur. Parcoursup, loin de réduire les inégalités sociales, les renforce en opérant une rupture dans l’égalité républicaine entre les candidats à l’enseignement supérieur.

Le Parti socialiste déplore l’organisation de cette grande loterie à l’échelle nationale qui transforme le parcours de l’étudiant en parcours du combattant.
Cet article Parcoursup : une loterie qui renforce les inégalités sociales est apparu en premier sur Parti socialiste.
Source: Actualités du PS

Nicolas Hulot, l’arbre qui cache une forêt de renoncements

Nicolas Hulot est l’arbre qui cache la forêt d’une année jalonnée par autant de contradictions que de renoncements.
Le Ministre présentait ce jour à Marseille son plan national de mobilisation pour la biodiversité, une urgence au regard du retard pris par le gouvernement sur ses engagements en la matière. Alors que le Muséum d’Histoire Naturelle et le CNRS désignent tout deux les pesticides, l’interdiction du glyphosate a été reportée. Par ailleurs, le gouvernement vient d’autoriser Total à raffiner de l’huile de palme pour en faire du carburant et ne s’oppose aucunement aux projets de mine d’or ou de forage pétrolier en Guyane.
Cette inaction n’est pas sans conséquence sur la santé des Français.es. Le gouvernement a sèchement refusé une proposition de loi, portée par la sénatrice socialiste Nicole Bonnefoy, visant à créer un fonds d’indemnisation des victimes des pesticides abondé par les firmes agrochimiques, pourtant votée à l’unanimité au Sénat le 1er février.
La France a également été renvoyée devant la Cour de Justice de l’Union pour non respect de la qualité de l’air alors que les maladies respiratoires liées à la pollution sont en constante augmentation.
La réduction de la part du nucléaire dans la production électrique française inscrite dans la loi de transition énergétique en 2015 a été renvoyée de 75 à 50%. La production d’énergies renouvelables n’a en revanche pas été encouragée de manière volontariste, ni en matière de transports, ni en matière d’éolien maritime, ni en matière de production d’ENR.
Il ne suffit pas de faire la leçon à Donald Trump (« make our planet great again ») : en un an, aucune mesure significative n’a été prise pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre. La signature du CETA, incompatible avec les engagements de la COP21 condamne la France à un recul sur les enjeux environnementaux sur lesquels elle faisait figure de force motrice sur le plan international.
Il n’est donc pas étonnant que Nicolas Hulot,  membre d’un gouvernement pour lequel l’écologie doit toujours céder la priorité aux enjeux court-termistes de l’économie libérale, s’interroge sur sa pérennité à la tête de ce ministère.
La France doit continuer à entrainer l’Europe et le monde dans un cycle vertueux : accroitre les exigences pour répondre à l’urgence climatique, promouvoir une « COP21 » de la biodiversité, préparer la transition écologique de la société par des mesures courageuses. 
Cet article Nicolas Hulot, l’arbre qui cache une forêt de renoncements est apparu en premier sur Parti socialiste.
Source: Actualités du PS

Réforme de l’Etat : le Gouvernement doit changer de méthode

La remise du rapport du « Comité Action Publique 2022 » se fait attendre dans un contexte de tensions sociales généralisées. La presse se fait écho de propositions outrancières alors qu’un passage en force d’une réforme est à craindre.

Une réflexion approfondie sur le service public peut et doit être menée. Le sens de notre service public, l’ambition que nous nourrissons collectivement pour lui, doivent être réinterrogés en permanence pour lui permettre de se transformer, et rendre le meilleur service public à chacun. Pour porter les fruits d’un changement réel, bénéfique pour tous les citoyens, bien compris et largement accepté, cette démarche ne peut pas se passer d’un large rassemblement et d’un long temps de réflexion, de consultations avant l’application. Une réforme ne peut pas non plus menacer les fondements du service que sont l’équité territoriale ou le statut des fonctionnaires qui le font vivre au quotidien.
C’est au contraire dans une grande impréparation et avec la méthode aujourd’hui trop bien connue, faite de consultations de façade et de passages en force, que le gouvernement entend réformer. D’ici quelques semaines sera rendu public le rapport du « Comité action publique 2022 ». Comme le rapport Spinetta l’a fait pour la SNCF, des informations récentes permettent d’en attendre les propositions les plus outrancières, que le gouvernement aura beau jeu de ramener à des mesures plus modestes quoiqu’encore inacceptables.

Le recours massif à la contractualisation y compris dans certaines fonctions régaliennes comme la police serait envisagé. Nous ne pouvons que nous opposer fermement à cette idée. Une telle mesure serait de nature à mettre en danger des libertés publiques et la neutralité des fonctionnaires, qui sont les bases mêmes du service public. Les agents contractuels n’ont à l’évidence pas la même liberté de désobéir aux ordres manifestement illégaux qu’ils peuvent recevoir, et peuvent constamment être soumis à un chantage à l’emploi.

La suppression aveugle et idéologique de 120 000 postes de fonctionnaires, alors que nombre de services disposent déjà de moyens réduits à peau de chagrin, relève du pur arbitraire, ne s’appuyant sur aucune donnée concrète, si ce n’est une recherche forcenée d’économies budgétaires liée aux cadeaux fiscaux aux plus riches. L’heure de la fracture est arrivée.

Le Parti Socialiste demeure ouvert au principe d’une réforme si elle sert le renforcement de nos services publics. Les bases actuelles du débat font craindre tout l’inverse. Le gouvernement doit radicalement changer de méthode et lancer dès à présent des consultations généralisées, ouvertes et publiques prolongées, impliquer le Parlement et renouer sans délai les fils de la négociation avec les organisations représentatives des agents des fonctions publiques.

Le Parti Socialiste appelle les Français.es à se joindre à la manifestation du 22 mai 2018 pour défendre nos services publics.
Cet article Réforme de l’Etat : le Gouvernement doit changer de méthode est apparu en premier sur Parti socialiste.
Source: Actualités du PS

Le Parti socialiste et HES – Socialistes LGBT+ saluent la mobilisation en France à l’occasion de la journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie.

L’homosexualité reste pénalisée dans 72 pays du monde et est passible de la peine de mort en Afghanistan, en Arabie saoudite, au Brunei, en Iran, en Mauritanie, au Nigeria, au Pakistan, au Qatar, au Soudan, en Somalie, au Yémen et dans les territoires contrôlés par EI.

Au-delà des lois, il y a encore les pratiques : trop nombreux sont ceux qui subissent menaces, agressions et humiliations quotidiennes, dans les paroles ou dans les actes. En France même, un homme a été agressé par cinq jeunes gens à la sortie du métro des Chartreux à Marseille le 9 mai. Un des chefs de l’Eglise catholique évoque les familles homoparentales en parlant des « enfants victimes » sur France Inter le 7 mai. Un jeune homme réfugié en France, et volontaire à AIDES, est menacé d’expulsion vers la Guinée où il risque la prison et la violence sociale, son compagnon ayant déjà été immolé sous ses yeux. Un détenu de la maison d’arrêt de Troyes a été torturé dans la nuit du 28 au 29 avril par ses codétenus. Deux volontaires de AIDES – Poitiers ont été agressés alors qu’ils terminaient une action de prévention le 24 avril. Un commentateur sportif évoque une équipe de foot qu’il n’apprécie pas en parlant de « ces pédés-là » le 12 avril. Un couple d’hommes a été agressé rue Montorgueil à Paris le 4 avril. Un couple de femmes a été agressé dans un bus à Paris le 11 mars. Un couple d’hommes a été menacé de mort alors qu’il faisait ses courses au supermarché à Rueil-Malmaison le 3 mars. Deux personnes Trans ont été agressées dans le 17e arrondissement de Paris en janvier…

Le PS et HES appellent la France et l’Union européenne à renforcer la place de la lutte pour les droits humains des personnes LGBT+ dans leur action diplomatique et dans leur action publique, comme cela a été fait sous le précédent quinquennat avec la création de la DILCRAH, le plan de lutte et le soutien aux associations qui travaillent chaque jour sur le terrain.

Le Parti socialiste, fidèle à sa tradition et à son histoire, et HES, qui a 35 ans cette année, se tiennent aux côtés de toutes celles et de tous ceux qui lutte contre les discriminations et la haine anti-LGBT, qui défendent les familles homoparentales et demandent l’ouverture de droits nouveaux comme l’accès de toutes les femmes à la PMA.

Cet article Le Parti socialiste et HES – Socialistes LGBT+ saluent la mobilisation en France à l’occasion de la journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie. est apparu en premier sur Parti socialiste.
Source: Actualités du PS

Réaction du Parti socialiste à la crise environnementale et sanitaire des « sargasses »

Depuis plusieurs mois, la Guadeloupe et la Martinique sont frappées de plein fouet par une crise environnementale et sanitaire exceptionnelle consécutive à l’échouage massif d’algues brunes dites « sargasses ».
Face à l’ampleur du phénomène et à la gravité de ses conséquences sanitaires, environnementales et économiques, le Parti socialiste exprime sa pleine solidarité avec les populations et les élus locaux qui en sont victimes.
Le Parti socialiste juge les mesures tardivement proposées par le Gouvernement comme cruellement insuffisantes. Par cette attitude dilatoire, le Gouvernement confirme le désengagement de l’État en faveur des Outre-mer entrepris depuis un an et fait preuve d’une dangereuse désinvolture face à une pollution qui embolise nos territoires et menace la santé de nos compatriotes.
Au vu du risque sanitaire que ce phénomène fait peser sur nos compatriotes, de ses conséquences néfastes sur l’attractivité de ces régions et naturellement du coût substantiel que le ramassage des algues représente pour les finances locales, le Parti socialiste soutient les demandes exprimées par ses parlementaires de Guadeloupe afin que l’État assume toutes ses compétences et apporte une réponse logistique et financière pérenne à la mesure de la crise.
Le Parti socialiste demande en ce sens au Gouvernement :

de classer ce phénomène recrudescent dans la Caraïbe au rang des risques majeurs ;

de prendre intégralement en charge le coût du ramassage des algues échouées sur les côtes ;

de prévenir l’échouage des bancs qui dérivent depuis l’Amérique du sud par des filets de blocage au large des côtes ;

d’instituer un fonds spécifique consacré à l’indemnisation des particuliers, des collectivités et des professionnels (hôteliers, restaurateurs et pêcheurs) lourdement pénalisés dans leur activité ;

et enfin d’engager une action de coordination internationale de prévention et de maîtrise de ces bancs de sargasses.

Cet article Réaction du Parti socialiste à la crise environnementale et sanitaire des « sargasses » est apparu en premier sur Parti socialiste.
Source: Actualités du PS

Solidarité avec le peuple palestinien

Le massacre de dizaines de Palestinien·ne·s protestant contre l’installation de l’ambassade étasunienne à Jérusalem hier est une nouvelle étape franchie dans l’alliance dangereuse entre MM Trump et Netanyahu. Alors que le gouvernement d’Israël viole le droit international depuis des années en Palestine, le nouveau locataire de la Maison Blanche non seulement l’approuve mais l’encourage par ses provocations.

En solidarité avec le peuple palestinien et en hommage aux victimes du massacre perpétré par l’armée israélienne, que nous condamnons avec la plus grande gravité, le Parti de Gauche sera présent par la voix de Danielle Simonnet, sa coordinatrice politique, ce jour au concert de solidarité organisé par l’AFPS. Elle sera rejointe demain 16 mai par Éric Coquerel au rassemblement prévu à 17h30 place de la République.
Source: Actualités Parti de Gauche

Proche-Orient : réaction du Parti socialiste

Le Parti socialiste condamne la répression violente et disproportionnée des manifestations à Gaza ayant conduit à de nombreux morts et blessés parmi les manifestants palestiniens, le jour de l’installation de l’ambassade américaine à Jérusalem.
Il adresse ses condoléances aux familles et aux proches des nombreuses victimes.
Il dénonce une nouvelle fois la décision unilatérale du Président Trump. Comme il était prévisible, celle-ci n’a fait que raviver les tensions, augmentant encore les risques de déstabilisation de la région
Le Parti socialiste réitère son appel à tous les acteurs régionaux, européens et internationaux pour œuvrer à une désescalade, préalable indispensable pour construire une paix durable. A l’heure où les États-unis ont décidé d’agir seuls sur de nombreuses questions fondamentales, le Parti socialiste appelle en particulier la France et l’Europe à renouer avec notre tradition diplomatique pour faire entendre une voix indépendante et forte dans la région et dans le monde.
Cet article Proche-Orient : réaction du Parti socialiste est apparu en premier sur Parti socialiste.
Source: Actualités du PS

Projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes : le recul inexplicable du Gouvernement en matière de protection des mineurs

Alors que l’Assemblée nationale débute aujourd’hui l’examen du projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, le Parti socialiste et  le groupe Nouvelle Gauche regrettent le recul inexplicable du Gouvernement et de sa majorité sur la question du non-consentement des enfants en cas de relation sexuelle avec un adulte (article 2 du projet de loi).
À l’automne dernier, le Président de la République et la Secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes s’étaient engagés à instaurer dans le code pénal un seuil d’âge en dessous duquel toute relation sexuelle entre une personne majeure et une personne mineure constituerait un viol.
Le groupe Nouvelle Gauche avait alors soutenu cet engagement pour deux raisons. D’une part, la définition d’un tel seuil permettrait de mettre un terme aux insupportables discussions sur un hypothétique consentement d’un enfant en cas de relation sexuelle avec un adulte. D’autre part, cette réforme réduirait fortement le phénomène de« correctionnalisation » des viols.
Au final, le texte proposé abandonne cet engagement présidentiel, au profit d’un simple renforcement des sanctions en cas d’atteinte sexuelle.
Si le groupe Nouvelle Gauche est favorable à l’allongement du délai de prescription des crimes commis sur les mineurs, à l’élargissement de la notion de harcèlement et à l’introduction d’une contravention d’outrage sexiste – autres mesures comprises dans le texte – il appelle la majorité à modifier l’article 2 du projet de loi.
Le groupe Nouvelle Gauche défend ainsi un amendement qui vise à insérer dans le code pénal un nouvel article disposant que tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, imposé par un majeur à un mineur de moins treize ans est un viol puni de vingt ans de réclusion criminelle.
Contrairement aux déclarations gouvernementales, cet amendement n’est pas contraire au droit européen, puisqu’une telle mesure existe déjà en Belgique ou au Royaume-Uni par exemple.
Une délégation du groupe Nouvelle Gauche ira à la rencontre des associations qui manifesteront demain devant l’Assemblée nationale.
Cet article Projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes : le recul inexplicable du Gouvernement en matière de protection des mineurs est apparu en premier sur Parti socialiste.
Source: Actualités du PS