L’Etat doit refuser la vente d’Euriware, filiale d’Areva !

20111210_Areva1.jpg

Crédit photo photosdegauche.fr (octave_honorin)
Dans cette filiale d’Areva, c’est aujourd’hui plus de 2650 salariés qui sontconcernés par ce plan de restructuration. Euriware fabrique et exploite lesprogrammes informatiques de la gestion du transport nucléaire, les déplacementsde matières sensibles telles qu’uranium, plutonium, ainsi que la sécuriténationale nucléaire.
Euriware invente et exploite aussi des systèmes informatiques complexes pournotre industrie. Ses principaux clients sont Airbus, le CEA, La Poste, Total,EDF, GDF SUEZ et cerise sur le gâteau, le Ministère de la Défense.
La vente de celle-ci n’est que l’aboutissement d’un processus de pillage desliquidités de cette entreprise fille. En effet, ce sont plus de 29 millions decash-flow que la maison maire AREVA a fait remonter dans ses caisses l’andernier, laissant sa filiale a sec pour l’exercice à venir , annulant mêmetoute possibilité en terme d’investissement futur d’EURIWARE puisqu’enrefusant de payer une créance de 54 millions d’euros, AREVA mets sciemment safiliale dans le rouge.
Les salarié-es, alertés par l’intersyndicale CGT-CFDT-FO, refusent depuis lemois d’avril d’être sacrifié-es sur l’autel des dividendes et résistent partoutou ils ont la possibilité d’être entendus : alerte des élus des dangers d’unetelle vente pour l’indépendance et l’autonomie de nos systèmes informatiquessensibles, sacrifice des bassins d’emplois, fin des garanties des clauses deconfidentialité des systèmes sensibles, etc… Au vu de la sensibilité dessystèmes en question, l’annulation de la vente d’Euriware est vitale pour notrepays.
Le parti de Gauche à rencontré une délégation de salariés d’EURIWARE, ce lundi.Ceux-ci ont pu porter auprès de Laurence Sauvage, SN en charge des luttessociales, et d’une délégation du Parti de Gauche, l’ensemble du dossier et de sesconséquences lourdes pour la sécurité nationale et la sécurité nucléaire etnotre outil industriel.
Le parti de Gauche interpelle le Gouvernement, et surtout Philippe Martin,Ministre de l’Ecologie, pour que ceux-ci prennent leur responsabilité en ordonnantà Areva de stopper la vente d’Euriware, exige que l’ensemble des activitésd’EURIWARE réintègrent la maison mère, et protège les salariés et chercheurs,ce qui est essentiel à la réalisation, l’exploitation et à la conduite desystème sensibles.

Source: Actualités Parti de Gauche

Laisser un commentaire