Canal+ : La lutte des classes n'est pas une fiction française

TOUCHEpas.PNG


Filiale de Vivendi, la chaine privée a réalisé en 2012 un bénéfice de 714 millions d’euros. En avril 2013, les intermittents précaires de l’émission « Touche pas à mon poste », sans avoir été concertés, apprennent la baisse de 22 % de leurs salaires, alors que son PDG vient d’augmenter le sien de plus de 20 %.
Le 30 mai 2013, Sophie Tissier, opératrice-prompteuse qui a participé depuis sa création à la mise en place de l’émission profite de la présence sur le plateau de « Touche pas à mon poste » de Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche à l’élection présidentielle 2012. Elle dénonce à l’antenne, en direct, la condition faite aux intermittents du spectacle télévisuel. Son courage, sa détermination sont immenses et ont été salués par Cyril Hanouna lui-même.
Aujourd’hui rayée des listes, écartée des plannings, Sophie Tissier continue la lutte et lance une pétition contre la logique de la précarité et pour la reconnaissance du métier d’opérateur-prompteur.
http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/touche-pas-%C3%A0-mon-intermittente
Les intermittents fournissent un travail difficile dans des conditions souvent inacceptables. C’est ce que Sophie Tissier a voulu mettre en lumière.
Le rapport d’information sur les conditions d’emploi dans les métiers artistiques a fait l’unanimité entre droite et gauche sur les bancs de l’Assemblée nationale le 17 avril 2013. Il préconise plusieurs mesures pour lutter contre la

Laisser un commentaire