9 mai, Journée de l'Europe: "Plus de solidarité entre les États membres est nécessaire"

Europe

Le 9 Mai, la journée de l’Europe commémore l’anniversaire de la déclaration du ministre français des affaires étrangères Robert Schuman en 1950, qui a conduit à la création de la Communauté européenne du charbon et l’acier (CECA), première étape de la construction européenne. L’occasion pour Françoise Grossetête de rappeler que face à un euroscepticisme grandissant, c’est bien d’une Europe des citoyens dont nous avons besoin.   » Partout au sein de l’Union européenne, la défiance des citoyens à l’égard de l’Europe est grandissante.  » déplore la Députée européenne du Sud-Est.Pour Françoise Grossetête, la solution est évidente :  » Il faut se focaliser sur de grands projets et un certain nombre de priorités bien identifiées. N’ayons pas peur des mots, pour relever les défis de la croissance, de la lutte contre le terrorisme, du changement climatique ou encore de l’immigration, nous avons bel et bien besoin de plus d’Europe. Plus de solidarité entre États membres est nécessaire. L’UE doit aussi faire face à trois révolutions simultanées, qu’elle ne peut se permettre d’ignorer: une nouvelle révolution industrielle portée par le numérique et le développement des nano et biotechnologies, une révolution sociale et démocratique qui devra imaginer de nouveaux modes de gouvernance et une révolution géopolitique, les zones de conflits se multipliant aux portes de l’Europe, tandis que la puissance diplomatique se tourne vers l’Asie. »  » Ces défis peuvent paraître bien abstraits mais ils marqueront pourtant durablement l’Europe dans les années à venir. L’Union européenne a beaucoup à apporter aux Français si ceux-ci sont prêts à lui donner une chance. La France a besoin de l’Europe, comme l’Europe a besoin de la France!  » a-t-elle conclue.Françoise GROSSETETEDéputée européenne
Source: Actualités UMP

Laisser un commentaire