Nicolas Sarkozy à Perpignan : « Notre mission est de rendre fiers les Français »

Etat et collectivités

L’union indéfectible de la droite et du centre, seule voie pour permettre l’alternance que les Français réclament tant au niveau local que national. Une alternance pour mettre fin à l’échec de la politique des socialistes qui se traduit par pas plus de dépenses, plus de dettes, plus d’impôts, plus de chômage , plus de désespoir… Une alternance aussi pour empêcher le Front national de surfer sur cette désespérance et de conduire la France dans un isolement et une faillite dont elle ne pourrait se relever. Cette union, Nicolas Sarkozy et Jean-Claude Lagarde, respectivement présidents de l’UMP et de l’UDI l’ont promu, jeudi soir à Perpignan, à l’occasion d’un meeting qui a marqué les esprits. « Un meeting d’unité et d’espoir », salue d’emblée le député-maire UDI de Drancy (Seine-Saint-Denis). « Cette unité est la condition préalable et indispensable à la seule alternance que nous, UMP et UDI, constituons pour les Français », assure Nicolas Sarkozy venu soutenir, avec 2 500 personnes au Palais des congrès, les candidats UMP-UDI aux élections départementales des Pyrénées-Orientales.Tous deux ont d’abord sévèrement critiqué la politique du gouvernement socialiste conduite par Manuel Valls, « le Premier Ministre de la France qui ne parle que de l’extrême droite pour faire monter le Front National et protéger ses candidats », remarque Jean-Claude Lagarde. « Il fanfaronne alors que 80% des Français qui ont participé au premier tour des départementales ont voté contre sa politique et celle de François Hollande » déplore de son côté Nicolas Sarkozy mettant l’accent sur les mensonges perpétuels du président de la République. « Le mensonge crée la colère, la colère crée de la désespérance voire de la violence », explique Nicolas Sarkozy. « Il paraît qu’en 2012, il n’y avait pas de crise. La crise, c’était moi ! Il pense encore que c’est moi le président de la République ! », ironise Nicolas Sarkozy pour qui « la politique menée depuis 3 ans nous conduit dans le mur. Il est temps d’en changer ».« Que va devenir la France, que va-t-on laisser à nos enfants ? Que vont-ils encore détruire, les socialistes, pendant deux ans », interroge le président de l’UMP évoquant tous les domaines dans lesquels les socialistes ont créé colère et désespérance : ouvriers à qui l’on a supprimé l’exonération des heures supplémentaires, classes moyennes massacrées fiscalement, familles à qui l’on a ôté des prestations, médecins que l’on veut fonctionnariser, entreprises et entrepreneurs que l’on taxe et assomme de charges… Sans parler de la ruralité abandonnée. « Les problèmes de la ruralité ne seront pas résolus avec de la téléphonie mobile 4G mais avec des services publics », souligne Nicolas Sarkozy rappelant que « pendant des années, des milliards ont été déversés dans les quartiers ».Se tournant vers son homologue de l’UDI, Nicolas Sarkozy estime que «notre mission est de rendre fiers les Français ». Les rendre fiers en s’appuyant sur le socle des valeurs de notre République. « Et la République français, c’est la laïcité » et la laïcité « impose aux religions de s’adapter à la République et non l’inverse ». Comme c’est « aux nouveaux Français de s’adapter à la France et non à la France de s’adapter aux nouveaux Français ».Dans cette réunion publique dont le but était de « mobiliser l’électorat contre le Front national », Nicolas Sarkozy ne se « résigne pas à ce que l’alternative, pour les Pyrénées-Orientales, soit entre la médiocrité socialiste et l’isolement du Front National » et a appelé à une forte mobilisation en faveur des candidats UMP-UDI pour le second tour des élections départementales ce dimanche 29 mars 2015.« Il n’est pas envisageable de confier notre département à un parti, le Front National, sans programme, sans candidat crédible, qui renforcerait encore plus l’isolement de notre département », appuie Jean Castex , maire de Prades, conseiller régional de Languedoc-Roussillon et candidat à ces élections départementales qui n’a pas manqué de saluer « l’unité du centre et de la droite républicaine ».
Source: Actualités UMP

Laisser un commentaire