Nicolas Sarkozy à Halluin : « Il y a une chance historique que le département du Nord ne soit plus dirigé par le PS »

Etat et collectivités

« Nous sommes tout prêt de tourner enfin la page de l’explosion des impôts, de la multiplication des échecs pour que le Nord retrouve la prospérité économique ». Sénateur UMP, élu dimanche dernier dès le premier tour dans son canton de Lille 2 (Marcq-en-Barœul) avec 58,91 % des voix, Jean-René Lecerf espère que le second tour des élections départementales, dimanche prochain, confirmera les bons résultats enregistrés par l’UMP et l’UDI dans le département du Nord lors du premier tour. « Ce scrutin augure l’alternance politique. C’est bien pour la démocratie et c’est un facteur d’oxygène », assure celui qui symboliserait la reconquête du département du Nord, département bastion du PS depuis 1998.Cette perspective a enthousiasmé, mercredi soir, les 1500 personnes qui participaient à Halluin (Nord), commune proche de Tourcoing et à la frontière de la Belgique, lors d’un meeting politique en présence de Nicolas Sarkozy, président de l’UMP. « Les gens sont touchés, comme je l’ai été, que Nicolas Sarkozy choisisse Halluin pour ses trois déplacements en France entre les deux tours des élections », confie Gustave Dassonville, le maire de cette commune de 20 000 habitants, candidat également à cette élection départementale.« La situation des candidats UMP dans le Nord est bonne après le premier tour. Je suis venu pour renforcer la mobilisation pour le second. Il y a une chance historique que le département du Nord ne soit plus dirigé par le PS » , note Nicolas Sarkozy accompagné à la tribune de tous les candidats UMP-UDI mais également des députés Daniel Fasquelle, Marc-Philippe Daubresse et Gérald Darmanin, respectivement maires du Touquet (Pas-de-Calais), de Lambersart et de Tourcoing.L’occasion pour ce dernier de s’étonner du grand écart entre les leçons de morale du PS et de Manuel Valls et la réalité des faits. « La gauche est en troisième position dans quatre vingt-neuf triangulaires sur l’ensemble de notre territoire. Elle se maintient dans soixante-huit », détaille celui qui est également Secrétaire gnéral-adjoint chargé des élections. « Finalement, il y a autant de mensonges chez Manuel Valls que chez François Hollande », poursuit Nicolas Sarkozy, pointant notamment les situations constatées dans plusieurs départements, notamment le Nord et la Drôme, et débouchant sur des triangulaires entre l’UMP, le PS et le FN. « Dans ces triangulaires, celles et ceux qui sont tentés de voter FN doivent savoir que cela conduira à un conseiller départemental socialiste de plus », a insisté Nicolas Sarkozy prenant exemple sur la législative partielle du Doubs qui a abouti à l’élection d’un député PS de plus.Face à la colère, à l’exaspération, au désespoir ressenti des Français « qui vient des mensonges de François Hollande », Nicolas Sarkozy appelle les Français à manifester « très clairement leur mécontentement pour que cela change. L’alternance c’est possible. Si on veut le changement il faut voter pour les candidats de l’UMP et de ses alliés du centre », affirme Nicolas Sarkozy.Avant ce meeting, le président de l’UMP avait souhaité aller à la rencontre de l’entreprise Beck-Crespel, spécialisée dans la boulonnerie, à Armentières et de sa dirigeante, Karine Charbonnier. Elle avait interpellé François Hollande sur TF1, en novembre 2014, notamment sur le choc de simplification qui s’est traduit pour son entreprise par un « choc de complexification », sur le poids des charges et sur la nécessité de réconcilier les Français avec l’entreprise.François Hollande avait fait la promesse publique de se déplacer dans cette entreprise. Une promesse -une de plus – non honorée à ce jour.
Source: Actualités UMP

Laisser un commentaire