Départementales, 1er tour : une sanction pour la gauche et une défaite personnelle pour François Hollande et Manuel Valls

Etat et collectivités

Un an après les élections municipales de mars 2014 qui ont abouti à une vague bleue inédite dans notre pays, les Français étaient à nouveau sollicités dimanche dernier pour un scrutin local, en l’occurrence le premier tour des élections départementales pour lesquelles l’union UMP-UDI arrive en tête avec plus de 30% des votes contre 25% au FN et un peu moins de 21% au Parti socialiste.« Les Français ont infligé une sanction sans précédent à la gauche, au gouvernement socialiste et à sa majorité », ont analysé Sébastien Huyghe, porte-parole de l’UMP et Gérald Darmanin, Secrétaire général-adjoint chargé des élections à l’occasion du point presse hebdomadaire de l’UMP.Sur les 2054 cantons en lice, 114 sur 144 ont déjà enregistré la victoire des candidats UMP-UDI. Sur les 1890 cantons encore en lice au second tour, l’UMP et ses alliés sont présents dans 1560 cantons, que cela soit dans des duels avec la gauche (656), avec le Front national (510) ou dans des triangulaires (283) et même une quadrangulaire.« Nous sommes très heureux de la mobilisation lors de ce premier tour qui n’a pas servi à un rebond de la gauche mais à l’UMP. C’est un message politique très fort qui a été envoyé par nos compatriotes», analysait Gérald Darmanin. « C’est aussi une défaite personnelle de François Hollande mais également de Manuel Valls qui s’est impliqué personnellement dans cette élection. Il a en effet déserté les affaires de la France pour s’occuper de celles du PS. Résultat, c’est le pire score que le PS ait pu faire aux élections départementales. Son engagement personnel n’a en rien enrayé le score du FN », remarque le porte-parole de l’UMP passant en revue quelques uns de ces départements bastions de la gauche menacés par la poussée de la droite comme en Corrèze, département de François Hollande, le Nord, département de Martine Aubry, l’Essonne département de Manuel Valls…« C’est un vote de sanction nationale et une défaite locale pour le PS et ses alliés. Et comme Manuel Valls est particulièrement satisfait du score du PS et qu’il a décidé de ne rien changer de sa politique nous invitons les Français à amplifier leur message au second tour pour qu’il y ait un maximum d’alternance dans un maximum de départements. Le seul bulletin utile et efficace est celui de l’UMP associée avec l’UDI », note Sébastien Huyghe. L’occasion pour Gérald Darmanin de souligner que le résultat enregistré dimanche soir à l’issue de ce premier tour « montre que la stratégie de Nicolas Sarkozy était la bonne : celle de rassembler notre famille politique et montrer qu’elle a cette capacité de travailler unie dans l’intérêt des Français, de nos idées et de nos valeurs. C’est le bon moyen de reconquérir les électeurs », poursuit-il, estimant que le message du président de l’UMP sur la collusion FNPS a porté. « Depuis 1981, et à chaque fois qu’il est au pouvoir, le PS instrumentalise le Front National pour détruire la droite républicaine. L’élection législative partielle du Doubs en début d’année en est la parfaite illustration. Le vote FN a conduit à l’élection d’un député socialiste supplémentaire ».« Dans ce domaine nous n’avons de leçon de morale à recevoir de personne », précise Gérald Darmanin rappelant que la députée FN Marion Maréchal-Le Pen avait été élue en 2012 lors d’une triangulaire dans le Vaucluse parce que la candidate socialiste, bien qu’arrivée troisième, avait refusé de se retirer. Une situation analogue se profile à Armentières (Nord) où le candidat PS, également troisième d’une triangulaire, a également décidé de se maintenir. Dimanche soir, Nicolas Sarkozy a souligné que dans les cantons où les candidats UMP ne seraient pas présents, « l’UMP n’appellera à voter ni pour le Front national, avec lequel nous n’avons rien en commun, ni pour les candidats de gauche, dont nous combattons la politique ». Une consigne que Sébastien Huyghe et Gérald Darmanin ont répété précisant que « là où nos binômes peuvent se maintenir, ils se maintiendront ».L’UMP appelle tous les Français qui refusent la politique de déclin mise en œuvre depuis trois ans et qui veulent un changement profond de stratégie au service du redressement de la France, à se mobiliser pour amplifier la vague du premier tour.A six jours du second tour de ces élections départementales tous les candidats UMP-UDI sont plus que mobilisés et « concentrés » pour permettre aux départements d’être gérés par la droite et le centre. Et de mettre ainsi en œuvre leurs engagements de campagne pour la maîtrise de la dépense après des années de gabegie socialiste, l’économie locale et la ruralité en réorientant la commande publique, notre jeunesse en lui donnant de meilleurs conditions d’enseignement au collège, la proximité pour garantir des cantons à taille humaine. Mais également des engagements pour nos aînés et la solidarité en menant un combat déterminé pour l’emploi, la promotion du mérite et la justice par la lutte contre l’assistanat, en préconisant les heures de travail d’intérêt général en contrepartie du RSA et en encourageant l’insertion par le travail.
Source: Actualités UMP

Laisser un commentaire