Droits des militant-e-s : ce qu’il faut savoir

Nous aurions pu espérer que la défaite de Sarkozy ferait baisser la pression sur les militant-e-s que nous sommes. Il n’en est rien. Outre le refus de toute loi d’amnistie, le pouvoir se montre toujours aussi dur avec les formes de contestation pourtant pacifique de l’ordre établi que nous menons. Sachons donc nous protéger juridiquement et réagir de manière appropriée, avec en tête l’idée centrale qu’en démocratie tout ce qui n’est pas interdit est permis. Trois exemples de conduites à tenir à partir de situations concrètes :
– Je suis dans une manifestation et porte des badges et/ou autocollants, par exemple du PG. En quittant la manifestation, un cordon de policiers ou de gendarmes conditionne mon droit de passage au retrait des mes signes politiques distinctifs. Je leur indique poliment que leur demande est illégale (en m’adressant de préférence à celui qui dirige l’opération) car le PG n’étant pas une organisation illégale et mon corps et les vêtements qui le recouvrent m’appartenant, je suis libre de circuler avec ces insignes. S’ils s’obstinent, ne pas forcer le passage, mais tourner dignement les talons avec mes badges et prendre un autre chemin, même plus long. Une fois rentré-e, j’en informe mon comité et un courrier collectif et/ou individuel de protestation est envoyé au préfet ou à Paris au préfet de police.
– Je suis dans une manif ou un rassemblement autorisés, encerclés par les forces de l’ordre qui refusent de laisser sortir ou rentrer qui que ce soit. Je proteste sans insulter, je prends des photos ou des vidéos de la scène, notamment s’il y a des violences policières. J’appelle les élu-e-s Front de Gauche de ma ville ou de mon département. Une fois libéré-e, je dépose plainte (si possible avec d’autres) contre X, soit auprès de l’Inspection générale des services, soit en écrivant au procureur de la République sur le fondement de l’article 432-4 du Code pénal qui interdit toute violation arbitraire d’un droit fondamental (la liberté d’aller et venir en est un) par une personne dépositaire de l’autorité publique et punit ces faits de 7 ans d’emprisonnement. Evidemment, il faut aussi déposer plainte s’il y a eu des violences policières en allant immédiatement faire constater ses blessures par un médecin, de préférence hospitalier.
– De plus en plus de maires prennent des arrêtés interdisant la distribution de tracts sur les marchés. Si un-e camarade est verbalisé-e sur le fondement d’un tel arrêté pris depuis plus de deux mois, il/elle devra s’adresser au préfet pour qu’il exerce un contrôle de légalité. Si le préfet ne répond pas dans un délai de 2 mois, la personne verbalisée peut alors saisir le tribunal administratif pour contester la légalité de l’arrêté.
Source: Actualités Parti de Gauche

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

Nos députés interrogent le gouvernement

Ce mardi après-midi, lors de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, six…

juin 22, 2021

Vous êtes des arnaqueurs de l’écologie !

En matière d’écologie, plus vous en dites, moins vous en faites. Personne ne peut encore…

juin 22, 2021

Rassemblement avec Danièle Obono contre Valeurs Actuelles le mercredi 23 juin

Mercredi 23 juin, s’ouvre le procès du journal d’extrême droite Valeurs Actuelles pour injure à…

juin 22, 2021

Assurance chômage : renoncez à cette réforme de la honte !

On connaît la chanson : « quoi qu’il en coûte » pour ces multinationales, et…

juin 22, 2021

Nadine Morano : « C’est une véritable gifle pour le pouvoir en place »

Nadine Morano, députée européenne et conseillère politique de notre mouvement, était l’invitée de CNews. https://dailymotion.com/video/x82522a…

juin 22, 2021

Continuons notre belle mobilisation !

Chères militantes, chers militants, Depuis des semaines, alors que tous les éditorialistes annonçaient notre disparition,…

juin 21, 2021
%%footer%%