Le 5 mars nous serons dans la rue pour empêcher le MEDEF de faire la loi. Tout renforce cette ardente nécessité. Les droits des salariés, bien sûr. Si le travail était soumis au libre jeu des rapports de force sur le marché, ceux-ci passeraient à la moulinette. Avec la lutte ouvrière, la loi est la seule limite à l’exploitation. Dès l’origine, le mouvement ouvrier veut restreindre par la loi le pouvoir de propriété capitaliste. Quelle rude bataille ! La journée de 8 heures, réclamée dès 1817, est inscrite dans la loi française 102 ans plus tard. Revoilà Zola ! ricanent déjà les néolibéraux piliers de comptoirs médiatiques. Mais les mêmes soulignent l’âpreté de la concurrence mondiale. Celle-ci pousse à raboter tout ce qui entrave le profit du capital. Il faut donc protéger les travailleurs. Avec plus de 90% de salariés dans la population active, jamais la vie d’autant de nos concitoyens n’en a dépendu. Oui, la vie ! Faut-il rappeler combien de suicides la mobilité forcée que l’accord made in MEDEF veut généraliser à tous les salariés du privé a causés à France Télécom ?
L’enjeu est aussi économique. La réponse du patronat à la crise actuelle est connue : licenciements, intensification du travail, gel voire baisse des salaires. Il ne s’agit pas de préférence morale mais de la voie à laquelle conduisent les injonctions des actionnaires et le dumping social du libre-échange. Or l’addition des comportements individuels des chefs d’entreprise conduit à une catastrophe collective : la précarité et la baisse des salaires nourrissent récession, chômage de masse et crise environnementale. Il faut donner au contraire du pouvoir aux salariés pour faire bifurquer notre modèle de production vers une économie respectueuse des besoins humains, au premier rang desquels l’écosystème. Il faut des droits effectifs (sécurisation de l’emploi, information en amont et avis conforme sur les décisions stratégiques des entreprises…) pour enrayer la domination des actionnaires, définanciariser les entreprises afin d’en finir avec le court-termisme et les exigences de rentabilité exorbitantes, combattre les fraudes et défendre la sécurité sanitaire. Parce qu’il s’agit d’une question d’intérêt général, le droit du travail doit bien relever de la loi.
Le bras de fer engagé est pluriséculaire. Déjà Jaurès définissait le socialisme comme l’achèvement d’une Révolution qui

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

Emmanuel Macron et l’Afrique : l’humiliation permanente.

Après avoir, en 2017, fait grincer bien des dents par une sortie saumâtre sur l’électricité…

août 18, 2022

CARAVANES DE L’UNION POPULAIRE – Jour 7 – Étape de Toulouse

Mercredi 17 août, la caravane populaire était à Toulouse. C’est dans le quartier Bourbaki, accueilli·es…

août 18, 2022

CARAVANES DE L’UNION POPULAIRE – Jour 6 – Étapes de Tarascon-sur-Ariège et de Saint-Étienne

Mardi 16 août, les caravanes populaires ont fait étape à Tarascon-sur-Ariège et à Saint-Étienne. C’est…

août 17, 2022

CARAVANES DE L’UNION POPULAIRE – Jour 5 – Étapes de Bordeaux et de Vénissieux

Lundi 15 août, les caravanes populaires se sont arrêtées à la Cité des Aubiers à…

août 16, 2022

CARAVANES POPULAIRES – Jour 4 – Étapes de Nantes et de Belfort

Dimanche 14 août, les caravanes populaires ont fait étape à Nantes et à Belfort. C’est…

août 15, 2022

Solidarité avec Salman Rushdie

Salman Rushdie, 75 ans, a été violemment poignardé , alors qu’il s’apprêtait à donner une conférence…

août 14, 2022
%%footer%%