EGALIM 2 : ce texte ne répond pas aux principaux enjeux du secteur agricole

Retrouvez l’intervention de Michel LARIVE sur le texte « Protéger la rémunération des agriculteurs ».

« Ce texte « EGALIM 2 » acte l’échec du précédent « EGALIM 1 », comme nous l’avions annoncé. Cette loi, censée apporter un « équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous », ne répond pas aux principaux enjeux du secteur agricole. Vous n’apportez aucune garantie réelle pour la rémunération des agriculteurs et vous ne vous attaquez pas à la racine du problème. Je pense notamment aux dumpings internationaux à l’intérieur et à l’extérieur de l’Union Européenne. La mise en place d’un véritable protectionnisme écologique, mesure nécessaire pour atteindre les objectifs posés dans l’exposé des motifs, est absente de ce texte.

J’aimerais insister sur les articles qui concernent la fixation des prix et la rémunération des agriculteurs.

L’article 1er « fait des contrats écrits et pluriannuels la norme en matière de contrats de vente de produits agricoles entre un producteur et son premier acheteur ». Ici, il s’agit de donner plus de visibilité aux producteurs, plutôt que de les soumettre à la versatilité et à la volatilité des achats des distributeurs. Actuellement, ce ne sont que des accords tacites, n’ayant peu ou pas de valeur juridique, entraînant des discussions sur les lots ou sur les bêtes, avec des négociations à chaque fois, sur le prix et sur le volume, au détriment des agriculteurs. Donc sur le papier, c’est un bon outil. Mais nous regrettons que cela n’empêche pas d’acheter en dessous des prix de production et donc de vendre à perte pour les agriculteurs.

En ce qui concerne l’article 1er Bis, il indique que producteurs et acheteurs pourront convenir de bornes de prix minimales et maximales. De notre côté, nous avons proposé des prix planchers, ce qui semble aller dans notre direction. Toutefois, le texte n’assure en aucun cas que la borne minimale ne puisse être inférieure au prix d’une vente à perte. Ainsi, ce « tunnel de prix » risque de devenir un « tunnel à gaz » au regard du rapport de force asymétrique existant entre agriculteurs et acheteurs. Cet article nous parait donc très insuffisant.

Dans l’article 2, l’objectif d’accroître « la transparence du coût d’achat de la matière première agricole par l’industriel », semble relever du vœu pieux. Vous faites croire que la grande distribution ne pourra plus avoir d’influence sur les prix agricoles, mais cela lui permettra en réalité de ne plus être tenue pour responsable des faibles prix pour les producteurs.

Tout au long des débats sur EGALIM 1 et 2, nous avons présenté bon nombre de nos propositions permettant de rémunérer correctement les agriculteurs.

Concernant les prix, nous souhaitons la mise en place, pour certains produits, de prix minimums et d’une taxe à l’importation. Ces taxes seront appliquées, si besoin, afin de ne pas créer de distorsions de concurrence entre les produits français et les produits importés de pays où les niveaux de rémunération du travail seraient inférieurs. Nous proposons de mettre en place des « coefficients multiplicateurs » maximum, après concertation des organismes interprofessionnels. Le but sera de garantir une juste rémunération des producteurs, d’éviter les ventes à pertes et de limiter les phénomènes de captation de la valeur ajoutée par des intermédiaires et par la grande distribution. Nous pourrions aussi travailler pour la régulation des marchés agricoles, pour certains produits, à travers plusieurs mesures. Il s’agirait, notamment, de mettre en place une protection vis-à-vis des importations, de garantir un prix minimum pour des volumes plafonnés par actif agricole, ou encore d’instaurer des dispositifs flexibles de maitrise des productions. Cela concernerait, entre autres, les quotas laitiers et les têtes de bétail pour lesquels nous limiterons les surfaces et les rendements viticoles.

Concernant le travail même d’agriculteur, il est nécessaire de veiller à l’application intégrale des règles nationales de rémunération du travail, y compris des cotisations sociales, à l’ensemble des salariés de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Cela passera, notamment, par la fin du dumping et du travail détaché. Nous souhaitons également la création d’un réseau de coopératives de consommateurs en circuits courts et un plan de développement des coopératives de producteurs. Cela s’accompagnerait d’une reconnaissance du droit des organisations de producteurs à négocier collectivement les contrats avec l’aval, concernant les volumes et le prix de vente.

Pour résumer chers collègues, notre ambition est de mettre l’accent sur le protectionnisme écologique, clé d’un modèle agricole vertueux et d’une amélioration des conditions de vie et d’existence des agriculteurs français. Si les objectifs affichés de ce texte « EGALIM 2 » sont louables, nous regrettons que par manque d’ambition, le quotidien des agriculteurs ne connaîtra pas de radicale amélioration. »

Source: Actualités La France insoumise

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

Question écrite | La mise en place des PIAL (Pôles Inclusifs d’Accompagnement Spécialisé) et leur évaluation

M. Michel Larive attire l’attention de Mme la secrétaire d’État, auprès du Premier ministre, chargée…

janvier 19, 2022

Historique : 3 des amendements adoptés à l’unanimité durant la lecture de la PPL visant à encourager l’usage du contrôle parental

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=f6xGCTARVA0?feature=oembed&w=840&h=473] Historique : 3 des amendements adoptés à l’unanimité durant la lecture de la…

janvier 19, 2022

Discussion générale en 1ère lecture de la proposition de loi visant à encourager l’usage du contrôle parental

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=59lWPRtvuj4?feature=oembed&w=840&h=473] L’apparition du numérique dans notre quotidien est un phénomène qui touche particulièrement la…

janvier 19, 2022

Pour la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens

Après 131 jours de grève de la faim (et la perte de 35 kg sur…

janvier 19, 2022

Eric Ciotti : « Supprimons l’impôt sur la mort sur les successions et donations »

Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes et président de la commission nationale d’investiture, était l’invité de…

janvier 19, 2022

Question écrite | Les conditions de travail des psychologues

M. Michel Larive attire l’attention de M. le ministre des solidarités et de la santé…

janvier 19, 2022
%%footer%%