Outre-mer : nous rejetons l’état d’urgence sanitaire

Le 7 octobre 2021, Jean-Luc Mélenchon intervenait à l’Assemblée nationale concernant la prolongation de l’état d’urgence sanitaire dans les Outre-mer.

Le président du groupe parlementaire de La France insoumise a commencé par dire son indignation sur la situation qui prévaut dans les Outre-mer français et sur les conditions qui ont rendu possible une telle situation. Il a notamment pointé du doigt le krash social en Outre-mer qui a permis un tel krach sanitaire.

Il a rappelé que la situation des Outre-mer était prévisible et que les insoumis avaient fait un rapport sur le sujet à la fin du premier confinement. L’eurodéputé Younous Omarjee avait écrit au Premier ministre pour demander un plan d’urgence dans les Outre-mer et le député Jean-Hugues Ratenon avait saisi le ministre des Outre-mer.

Il a dénoncé le fait que c’était la première fois du mandat qu’un projet de loi concernait tous les Outre-mer en dépit de leurs différences géographiques, des conditions naturelles diverses et des écarts importants des taux d’incidence qui existent entre eux.

Jean-Luc Mélenchon a appelé a rejeté la proposition de loi qui prolonge un confinement sans fin et sans moyens. Il a appelé à une discussion d’ensemble qui permettrait de prendre l’intégralité des éléments en compte de la réalité des départements et territoires d’Outre-mer.

Il a expliqué par exemple que le manque de confiance dans la vaccination en Guadeloupe et en Martinique s’expliquait par la culture de la défiance dans ces départements liée à l’utilisation du chlordécone. Il a également souligné les situations spécifiques à Mayotte et en Guadeloupe où il est difficile de faire les gestes barrières pour une raison simple : il y a de graves problèmes d’approvisionnement en eau.

Sur la vaccination, le candidat à l’élection présidentielle de 2022 a indiqué qu’il s’efforçait de convaincre les gens de son utilité, mais qu’il était totalement contre toutes les mesures de restriction des libertés, comme le Pass sanitaire, car cela ne nous prépare pas pour la suite. Il a rappelé que nous étions dans l’ère de l’incertitude écologique où les risques d’émergence de nouvelles zoonoses ne sont pas réglés.

Enfin le président du groupe parlementaire LFI a réitéré ses propositions pour faire face à la crise sanitaire en commençant à construire là où ça va le plus mal la société du roulement, en organisant la fin du surpeuplement grâce à la construction de logements et en mettant en place des purificateurs d’air dans toutes les salles de classe.

Source: Actualités La France insoumise

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

Le Danemark deviendrait-il le fer de lance de la lutte contre l’immigration et le communautarisme ?

Communiqué de presse de Jean-Paul GARRAUD Député français au Parlement européen Président du groupe Rassemblement…

septembre 20, 2021

La France insoumise appelle au rassemblement contre l’antisémitisme et tous les racismes du 19 septembre à Paris

Communiqué de La France insoumise L’année a vu s’accroître les signes d’un racisme toujours plus…

septembre 18, 2021

Fichage de militants par l’extrême-droite : le gouvernement doit agir !

Communiqué du groupe La France insoumise Depuis vendredi, lorsque le journaliste Taha Bouhafs a révélé…

septembre 18, 2021

Expériences sur les animaux : la Commission entendra-t-elle le Parlement européen ?

Communiqué de Madame Bruna, député Français au Parlement européen, membre de la commission d’enquête sur…

septembre 17, 2021

Fichiers Fdesouche : le combat contre l’extrême-droite est plus que jamais nécessaire

Communiqué des signataires de l’appel à la marche du 12 juin pour les libertés et…

septembre 17, 2021

La rupture du contrat du siècle avec l’Australie : un nouveau signal d’alarme

Le 16 septembre, l’Australie a rompu « le contrat du siècle » conclu en 2019…

septembre 17, 2021
%%footer%%