Un article du groupe thématique Égalité Femmes-Hommes de la France insoumise

Aujourd’hui, 8 juin 2021, le décompte annuel des féminicides atteint le chiffre de 50. 50 femmes assassinées par leur mari, conjoint, petit ami, flirt, mec, époux, ou ex.

Le président Emmanuel Macron parlait de « grande cause du quinquennat ». Pourtant, depuis le début du quinquennat, il se limite à de la com, de la com et de la com.

Le volet financier est quant à lui aux oubliettes. C’est pourtant le pilier indispensable pour pour en finir avec ces meurtres. La budgétisation d’un milliard d’euro pour protéger toutes les femmes, demandée par les associations, n’est toujours pas actée.

Depuis le rapport 2020 sur les violences conjugales du Haut Conseil à l’Égalité, le gouvernement sait qu’un tiers des victimes de féminicide avait déposé plainte ou une main courante. Nicole Belloubet, alors Garde des Sceaux avait même tonné lors de la présentation de ce rapport: « Très clairement, ça ne va pas. La chaîne pénale n’est pas satisfaisante. »

Et pour cause, ce rapport révélait également que deux tiers des victimes avaient subi des violences conjugales antérieurement à leur féminicide. Ces violences étaient connues par leur entourage ou avaient été dénoncées par un dépôt de plaintes ou une main courante.

Les chiffres du rapport sont édifiants : 18% des mains courantes ont donné lieu à enquête, 80% des plaintes ont été classées sans suite, 15% des auteurs étaient récidivistes, 77% d’entre eux sur la même victime.

Depuis la publication de ce rapport, que s’est-il passé ? Rien. Aucune politique gouvernementale à la hauteur n’a été mise en place. Au contraire, ces meurtres se poursuivent, les mêmes failles policières et judiciaires se répètent encore en 2021.

Il faut agir, en travaillant main dans la main avec les associations et collectifs de terrain qui alertent et proposent de vraies solutions.

Exigeons un plan de prévention, à la hauteur de la situation. Exigeons des moyens !Exigeons que la parole des femmes soit prise au sérieux. Depuis le début de l’année 2021, de nombreux drames auraient été évités si les alertes de ces victimes avaient été traitées et non ignorées.Exigeons que toutes les plaintes soient enregistrées et traitées immédiatement par la police et la justice.Exigeons une véritable formation des agents de police, des magistrat·es et du personnel soignant dans tous les aspects de prise en charge des victimes (physique, psychologique, social, etc).Donnons les moyens aux associations qui accompagnent toutes les femmes victimes de violences sexistes et sexuelles.Mettons en place les dispositifs nécessaires pour éloigner les hommes dangereux à la première alerte de la victime.Mettons en place des parcours de prise en charge des hommes violents pour ne pas les laisser en liberté sans accompagnement et réduire le risque de récidive ou de féminicide.Demandons la mise en œuvre d’une obligation de résultat : plus une femme tuée par le machisme et la négligence du système patriarcal.

La France insoumise assume un message clair : stop, pas une de plus !

Source: Actualités La France insoumise

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

La France insoumise appelle au rassemblement contre l’antisémitisme et tous les racismes du 19 septembre à Paris

Communiqué de La France insoumise L’année a vu s’accroître les signes d’un racisme toujours plus…

septembre 18, 2021

Fichage de militants par l’extrême-droite : le gouvernement doit agir !

Communiqué du groupe La France insoumise Depuis vendredi, lorsque le journaliste Taha Bouhafs a révélé…

septembre 18, 2021

Expériences sur les animaux : la Commission entendra-t-elle le Parlement européen ?

Communiqué de Madame Bruna, député Français au Parlement européen, membre de la commission d’enquête sur…

septembre 17, 2021

Fichiers Fdesouche : le combat contre l’extrême-droite est plus que jamais nécessaire

Communiqué des signataires de l’appel à la marche du 12 juin pour les libertés et…

septembre 17, 2021

La rupture du contrat du siècle avec l’Australie : un nouveau signal d’alarme

Le 16 septembre, l’Australie a rompu « le contrat du siècle » conclu en 2019…

septembre 17, 2021

Inondations dans le Gard : l’État doit être auprès des sinistrés

Inondations dans le Gard : l'État doit être auprès des sinistrés.   Communiqué de presse…

septembre 17, 2021
%%footer%%