Aujourd’hui, l’humanité fait face à plusieurs crises: une crise sanitaire, une crise économique et financière et une crise écologique. Ces crises ont toutes en commun un unique élément : le capitalisme. L’accélération de l’urgence climatique a généré une sensibilisation accrue de la société à ces questions que la crise du covid-19 ne peut qu’accentuer. Le président Macron a déclaré que nous sommes en guerre, or, « la guerre est un accélérateur de l’Histoire », comme disait Lénine.
En réaction à ces crises, les peuples se lèvent : la France, une fois de plus, semble avoir montré le chemin avec les Gilets Jaunes il y a un an. Depuis, on ne compte plus les révoltes : Hong-Kong, Soudan, Équateur, Chili, Liban, Algérie, Irak… Tous les continents sont touchés. Même si elles ont des origines et des motivations diverses, ces mobilisations ont un point commun : la volonté des travailleurs et des travailleuses de reprendre leur destin en main, face à des élites déconnectées des menaces écologiques et sociales qui pèsent sur la société.
Face à cette situation inédite et dans une ambiance de fin de règne, l’ancien monde capitaliste réagit de différentes manières. On trouve, principalement, d’un côté, des dirigeants politiques, comme Trump ou Bolsonaro, qui nient la réalité climatique et poursuivent la course folle des politiques climaticides au profit de leurs économies nationales. De l’autre, ceux qui se parent superficiellement de vert pour mieux continuer comme si de rien n’était. Les réactions dans le monde capitaliste sont variées pour laisser à voir que ça change sans rien avoir à changer. Nous devons nous aussi nous organiser afin de répondre à cette “internationale néo-libérale”. C’est bien un débat politique opposant deux visions de la société qui s’affrontent. D’un côté, le libéralisme et de l’autre, un projet humaniste. Nous prônons la souveraineté de tous les peuples partout dans le monde, contre une poignée d’ultra-riches qui en ont fait sécession en s’affranchissant des biens communs pour vivre seulement de leurs possessions privées.
Au Parti de Gauche, nous défendons un projet politique pour le 21eme siècle : l’écosocialisme. Il ne s’agit pas seulement d’unir les rouges et les verts : il faut être les deux à la fois, car l’un n’a pas de sens sans l’autre à notre époque. Nous devons être les promoteurs d’une alternative qui n’oppose pas l’enjeu écologique et l’enjeu social. Lors de notre dernier Congrès National nous avons confirmé l’engagement de notre parti à lancer les assises internationales de l’écosocialisme. L’écosocialisme est à la fois une idéologie qui permet de penser une stratégie politique constructive de dépassement du capitalisme néolibéral, mais aussi un outil pratique avec des solutions concrètes à mettre en place. Ce sont ces deux aspects que nous devons alimenter, porter et partager.
Comme à l’époque le socialisme, l’écosocialisme est aussi profondément internationaliste. Il ne peut être pensé à l’échelle d’un seul pays puisque c’est le même système qui broie nos vies et détruit notre environnement. Il nous faut œuvrer internationalement à la paix, en dénonçant les interventions impérialistes et les organisations à leur service comme l’OTAN, ainsi que les traités de libre-échange et les politiques d’austérité imposés aux peuples par des instances comme le FMI ou l’OMC.
La riposte aux offensives capitalistes ne peut être qu’internationale. Il lui faut toutefois un commencement, et c’est le but de ces assises internationales de l’écosocialisme que nous voulons organiser. La protection des travailleurs et de l’environnement, la nationalisation des secteurs économiques stratégiques, le développement des services publics, le desserrement de l’étau fiscal sur les plus pauvres et la juste taxation des plus riches, le contrôle des représentants par les représentés, sont les moyens de la réussite de la planification écologique et sociale ; seule méthode à même de conduire à une société débarrassée de la course au profit et des antagonismes de classe.
Simon Berger, Rémi Carrère, Thibault Graindorge, Florence Poznanski

Source: Actualités Parti de Gauche

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

Catastrophe de Fukushima : 10 ans après, ce n’est pas terminé

Communiqué de La France insoumise. Les opérations de refroidissement des réacteurs sont toujours en cours…

mars 2, 2021

Participez à la journée de la femme !

Chères amies, chers amis, Depuis toujours, notre famille politique est engagée pour faire progresser les…

mars 2, 2021

Nos députés interrogent le gouvernement

Ce mardi après-midi, lors de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, six…

mars 2, 2021

Aucune crise ne saurait justifier une telle dérive !

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=8_VlP55wsE0?feature=oembed&w=840&h=473] Intervention du député Michel LARIVE lors des débats sur la proposition de résolution…

mars 2, 2021

Permettez aux universités de réellement rouvrir !

Une soixantaine de députés les Républicains interpellent Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, pour…

mars 2, 2021

Je lance un défi à Mcfly et Carlito

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=D_a8QjwtLpY?feature=oembed&w=840&h=473] C’est désormais évident: un Covid à feu doux arrange Macron. L’occasion de faire…

mars 2, 2021
%%footer%%