Rencontre avec le Parti Démocratique des Peuples à l’Assemblée Nationale

Jeudi 13 septembre, à l’occasion de l’organisation à l’Assemblée Nationale par le Centre Démocratique Kurde en France du colloque « L’avenir des Kurdes au Moyen-Orient : quel doit être le rôle de la France ? », Jean-Luc Mélenchons’est entretenu avec Sezai Temelli, coprésident du Parti Démocratique des Peuples, HDP), et Feleknas Uca, députée du même parti.
L’occasion de faire un état des lieux de la situation en Turquie où nos camarades du HDP, 3eme force politique de Turquie avec 11,70  % aux législatives de 2018 (69 sièges sur 600) subissent une féroce répression du régime d’Erdogan. Ses cofondateurs Selahattin Demirtas (3e de la présidentielle 2018 avec 8,4 %) et Figen Yüksekdag sont en prison sous le coup de 40 chefs d’inculpation et risquent 200 ans de prison. Des milliers de militants et d’élus emprisonnés attendent leur condamnation.
Si le HDP inquiète le régime, c’est avant tout parce qu’il oppose à la dérive autoritaire d’Erdogan une alternative populaire et citoyenne, basée sur l’égalité, le féminisme, la laïcité, l’écologie, l’acceptation de la pluralité des cultures et le confédéralisme. Le président du groupe France Insoumise à l’Assemblée Nationale a réitéré notre soutien au HDP. Face au régime d’Erdogan et face aux négociations douteuses entre la Turquie et l’Europe, et notamment l’Allemagne, sur le dos des démocrates turcs, sur fond de chantage au « danger migratoire » face auquel la Turquie se présente en « rempart ».
En parallèle, Eric Coquerel est intervenu lors du colloque au nom de la France Insoumise et du Parti de Gauche. Il a rappelé les liens humains et idéologiques qui nous unissent aux camarades du HDP, mais aussi à l’expérience du Rojava,province semi-autonome du nord de la Syrie dirigée depuis 2011 par le PYD (Parti de l’Union Démocratique), une des rares forces à proposer une issue politique progressiste à la guerre. C’est pourquoi la « question kurde » ne nous inspire pas seulement en raison des droits des kurdes, mais, au-delà, parce que le Proche-Orient a besoin de solutions politiques et sociales locales telles que celle expérimentée au Rojava.

Cette approche citoyenne, non ethnique ni confessionnelle, est essentielle pour construire au Proche Orient la paix sur le terrain face à toutes les formes de régressions identitaires comme le jihadisme. Nous appelons la diplomatie française à tenir compte de ces réalités pour rééquilibrer son action dans cette région stratégique où se joue une part essentielle de l’avenir du monde.
Source: Actualités Parti de Gauche

Partager
Posté par

Derniers articles

RP35 – Traité d’Aix-la-Chapelle : Macron trahit les Français

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=i8fFQXBHVNg?feature=oembed&w=500&h=281] Manuel Bompard revient sur le traité d’Aix-la-Chapelle signé par Emmanuel Macron et Angela Merkel aujourd’hui. Cet article RP35…

janvier 22, 2019 6:19

Réunion publique au Thor (84) : discours de Marine Le Pen

Discours de Marine Le Pen, Présidente du Rassemblement National, au Thor dans le Vaucluse, le samedi 19 janvier 2019 :…

janvier 22, 2019 5:53

Oui le traité d’Aix Macron est une trahison de l’indépendance et des intérêts de La France

Communiqué de presse du Rassemblement National Le jour de la signature du traité d’Aix-la-Chapelle, l'Élysée se croit obligé de publier…

janvier 22, 2019 5:46

Participez au débat « Pour une école de l’émancipation : quelle réforme démocratique ? » ce samedi 26 janvier à Paris

A l’invitation du Groupe d’histoire sociale, Paul Vannier, co-animateur du livret éducation de la France insoumise, débattra des propositions d’Ecole…

janvier 22, 2019 5:39

« Grand débat » : la supercherie continue

Le lancement en fanfare du « Grand débat » d’Emmanuel Macron avait déjà laissé entrevoir ce qui se cachait derrières les effets…

janvier 22, 2019 2:59

Loto du Patrimoine : Conférence de presse du 23/01

Mercredi 23 janvier, le député Michel LARIVE accordera une conférence de presse dans le cadre de la mission flash sur…

janvier 22, 2019 1:34