Réforme du collège : Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem passent en force au mépris de la très vive contestation et de la mobilisation des enseignants

Education et recherche

Partout en France s’élèvent les voix des universitaires, intellectuels, professeurs, parents d’élèves contre cette dangereuse réforme, menée sans concertation et en dépit de tout bon sens. Par idéologie, le projet de Mme Vallaud-Belkacem supprime l’accès aux humanités qui sont au cœur de notre héritage, casse ce qui marche (classes bilingues, sections européennes), renonce à l’acquisition par tous d’une culture commune, sape l’ambition de l’excellence républicaine, abaisse le niveau d’exigence, et sacrifie les disciplines fondamentales dissoutes dans une interdisciplinarité bavarde et inefficace notamment si les fondamentaux ne sont pas maîtrisés.Au fond, cette réforme traduit la vision et la conception socialiste de la société : une société sans effort, sans mérite, sans différentiation, sans distinction par le talent, égalitariste, enfin une société sans travail et du nivellement. Or, la République c’est la reconnaissance de la réussite, du mérite et des talents, pas l’uniformité. C’est au cœur de notre pacte national.Nous pensons, à la différence du projet de Mme Vallaud-Belkacem, que le meilleur tremplin vers la citoyenneté et la réussite, c’est d’abord savoir lire, écrire et compter, connaître son pays et son histoire. Il faut donner au collège, comme à l’école dans son ensemble, un horizon et une vision : l’excellence « républicaine » celle qui vise à amener chaque élève au plus haut de ses capacités. En oubliant les principes républicains qui fondent notre école, le projet de la ministre ne peut être qu’un échec.Ceux qui ont osé critiquer le funeste projet du gouvernement n’ont eu droit qu’à des insultes: « pseudo-intellectuels », « cortège des immobiles », défenseurs des privilèges… Le mensonge a assez duré. La voile du dogmatisme et de l’idéologie se lève enfin. Car il s’agit de l’avenir de nos enfants, nous ne laisserons pas le gouvernement et François Hollande déconstruire et abaisser de façon irréversible le niveau de notre éducation nationale.Fébrile à quelques jours du congrès du parti socialiste et sourd au message de très nombreux professeurs, Manuel Valls veut publier au plus vite les décrets d’application de cette réforme. Il faut pourtant faire le contraire et reconnaître les erreurs de la ministre. Sur le fond et sur la forme, le Gouvernement doit revoir totalement son projet de réforme du collège et des programmes.Laurent WAUQUIEZSecrétaire Général de l’UMPDéputé de Haute-Loire
Source: Actualités UMP

Laisser un commentaire