Jupe longue au collège, nouvelle provocation à la laïcité

Société

La décision d’un collège de Charleville-Mézières (Ardennes) d’interdire deux fois à une de ses élèves d’entrer dans l’établissement à cause d’une jupe longue assimilée à un «signe d’appartenance religieuse» me semble logique et être une stricte application de la loi du 15 mars 2004.La réalité de ce qui s’est passé dans cet établissement scolaire c’est que l’équipe pédagogique a fait preuve de discernement.C’est ce qu’on attendait d’elle et ce qui leur avait été demandé par la circulaire du 18 mai 2004. Il appartient à l’équipe pédagogique de juger du caractère prosélyte ou pas, non pas de la tenue mais de l’attitude de l’élève. C’est ce qu’elle a fait.En l’occurrence il a été jugé qu’il y avait du prosélytisme de la part de l’élève et ça n’est pas une exclusion qui a été prononcée mais un dialogue qui a été ouvert avec sa famille.Dialogue refusé par le père qui n’a plus ramené sa fille au collège…attitude curieusement épidermique pour une soi-disant jupe Kiabi comme se complaisent à le dire le Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF) et certains médias ? Vous ne trouvez pas ?Il faut faire confiance aux fonctionnaires de l’Education nationale. Ils connaissent la loi de 2004, et savent ce qu’elle interdit exactement en termes de ports ostentatoires de signes religieux. Il faut que les équipes sur le terrain puissent juger par elles-mêmes de l’attitude (prosélyte) ou pas.Les fonctionnaires de l’Etat qui représentent la République, doivent être respectés dans leur décision…c’est la base du fonctionnement d’un Etat de droit.En cas d’excès de pouvoir, les juges sont là…mais en aucun cas la pression de la rue et d’associations communautaristes relayées par les médias ne doivent entraver ou pire se substituer à l’action de l’Etat et de ses représentants.Ne pas respecter cela, c’est tourner le dos à la République.Lydia GUIROUSSecrétaire Nationale aux Valeurs de la République et Laïcité
Source: Actualités UMP

Laisser un commentaire