Propos de François Hollande sur la situation libyenne

Monde

Depuis le début de la Vème République, la politique étrangère et de sécurité de notre pays a progressivement fait l’objet d’un processus bipartisan.Il n’est donc pas convenable qu’un Président de la République en fonctions, s’exprimant de surcroît à l’étranger, impute la responsabilité d’une crise internationale grave à son prédécesseur, alors que comme il le dit lui-même, trois années se sont écoulées depuis l’intervention militaire – qui n’était d’ailleurs pas celle de la France seule mais de la Communauté internationale et de l’OTAN. Trois années au cours desquelles le nouveau Président de la République, c’est-à-dire M. Hollande, n’a pourtant guère brillé par la moindre décision, ni sur la Libye, ni sur la crise des réfugiés alors même qu’il avait tout le loisir d’y travailler.Il est enfin nécessaire de rappeler que la gauche avait soutenu cette intervention lors du vote de sa prolongation, exprimé à l’Assemblée nationale le 12 juillet 2011.Pierre LELLOUCHEDélégué Général aux Relations internationalesDéputé de Paris
Source: Actualités UMP

Laisser un commentaire