Elections départementales : Nicolas Sarkozy remercie « les artisans de l'alternance »

Etat et collectivités

« Jamais, sous la Vème République, nous n’avions assisté à un tel mouvement de bascule au profit de la droite républicaine et du centre ». Mercredi matin, devant la quasi-totalité des présidents UMP de conseils départementaux élus voilà une petite semaine et trois cents conseillers départementaux qui avaient répondu à son invitation, Nicolas Sarkozy a marqué son bonheur et sa joie. Le bonheur d’une victoire partagée grâce aux conquêtes électorales de « tous les artisans de l’alternance » à l’occasion des élections départementales des 22 et 29 mars derniers. Et la joie de se retrouver au sein d’une famille unie sur laquelle se sont appuyés les talents pour conquérir de nouveaux territoires.Si cette stratégie de l’union « incontournable et indispensable » entre toutes les forces républicaines de la droite et du centre a été plébiscitée par les Français, le président de l’UMP n’oublie pas de faire partager son analyse sur cette victoire historique. « Le résultat des élections départementales dépasse de très loin les considérations locales. Qu’est-ce qui fait que ce gouvernement est rejeté à un tel point », interroge Nicolas Sarkozy. Pour lui « c’est le mensonge et le déni qui ont été sanctionnés. Quand on ment du matin au soir à tout le monde, le résultat c’est la colère », considère Nicolas Sarkozy pour qui la seule réponse que doit apporter notre famille politique « c’est l’exigence de vérité. Même lorsque c’est difficile il faut expliquer, dans la clarté, dans la franchise, la réalité et les choix qui sont les nôtres ».Les choix ce sont notamment les engagements que les candidats de notre formation ont pris aux élections, que cela soit sur la maîtrise des dépenses, la non-augmentation des impôts ou sur la solidarité. « Vous n’avez pas à vous excuser de la ligne politique sur laquelle vous avez été élue », souligne Nicolas Sarkozy exhortant les présidents de conseils départementaux UMP succédant à ceux de la gauche de tenir les engagements pris et d’apporter les changements annoncés le plus rapidement possible. Parce qu’après les municipales de mars 2014, les départementales de 2015, les Français placent, avant les régionales de décembre prochain, « un immense espoir » en l’UMP et ses alliés. « Cela sera un enjeu sur le jugement de vos concitoyens », prévient Nicolas Sarkozy mesurant la tâche qui attend les nouvelles majorités de droite. « Une gestion rigoureuse, responsable, lutter contre la fraude, contre la gabegie c’est indispensable après de longues années de socialisme, des décennies même » avertit Nicolas Sarkozy faisant allusion notamment au département des Bouches-du-Rhône passé à droite après 80 années de socialisme ou celui des Côtes-d’Armor après 39 années.« Vous sortirez vos départements des impasses financières dans lesquelles ils sont par le développement économique, par la maîtrise de dépenses. Votre succès dépendra de votre dynamisme, des risques que vous saurez prendre et assumer pour attirer de nouveaux investisseurs. Innover, trouver de nouvelles idées c’est ce qui est enthousiasmant et c’est le travail des élus. Ne restez pas dans les pas de vos prédécesseurs », recommande encore Nicolas Sarkozy pour qui « il nous faut réussir l’alternance en tenant nos engagements fondés sur nos valeurs ».Parmi ceux-ci, celui sur les dépenses sociales qui doivent être affectés en priorité à la solidarité et à nos aînés plutôt qu’à l’assistanat qui asphyxie les ressources des collectivités.« Nous ne voulons pas confondre solidarité et assistanat. L’assisté c’est celui qui attend qu’on lui donne l’allocation. La solidarité, c’est celui qui va recevoir et qui va donner », relève Nicolas Sarkozy invitant les présidents UMP des conseils départementaux d’instaurer le contrat d’insertion de 7 heures hebdomadaires obligatoires pour les bénéficiaires du RSA. Il y a une immense majorité qui vous applaudira si vous avez le courage de mettre cela en place », estime Nicolas Sarkozy.Profitant de la présence des conseillers départementaux, Nicolas Sarkozy a annoncé qu’en cas d’alternance en 2017, « nous ne garderons pas le scandaleux découpage électoral des cantons. Jamais un gouvernement ne s’était livré à un tel charcutage malhonnête », juge Nicolas Sarkozy informant aussi que « nous aurons à débattre du conseiller territorial et du rapport entre département et région ».Félicitant le président de l’UMP pour sa « foi en les élus locaux », Jean Rottner, maire de Mulhouse, Secrétaire national aux élus locaux, s’est félicité que l’UMP soit « devenue le parti et le mouvement des territoires en France ». Après le lancement d’un comité des maires UMP le mois dernier, l’UMP fédérera aussi tous les initiatives provenant des départements « Nous avons besoin de vos inspirations, de vos idées pour nous en inspirer et de les faire partager dans nos majorités mais également pour la préparation du travail d’alternance de ceux de nos collègues qui sont élus d’opposition », détaille Jean Rottner. « Ce comité de suivi des mesures que nous aurons pu prendre un peu partout en France sur la dépense, les impôts, la solidarité, les jeunes nous sera particulièrement utile dans la perspective des régionales et montrera concrètement aux Français le résultat de nos politiques», ajoute Laurent Wauquiez, Secrétaire général, député-maire du Puy-en-Velay (Haute-Loire) et tête de liste UMP pour la région Rhône-Alpes-Auvergne.« C’est par les départements que nous allons montrer aux Français qu’une alternative crédible existe, qu’elle porte ses fruits et, qu’unie, notre famille politique peut incarner une espérance « , résume Nicolas Sarkozy particulièrement heureux que cette « réunion de partage et d’ambition » avec les présidents des conseils départementaux et les conseillers départementaux a permis « de dire aux Français que l’alternance est en marche et rien ne l’arrêtera ».
Source: Actualités UMP

Laisser un commentaire