Nicolas Sarkozy sur France Info : « On ne demande pas au Premier ministre d'avoir peur, on lui demande de prendre des décisions en matière de sécurité, en matière économique pour faire reculer le chômage »

Société

« Pour vos départements, vous voulez quoi ? Que continue la gabegie, que continue l’explosion des impôts locaux ? Si vous voulez que cela change, il faut voter UMP ». A dix jours du premier tour des élections départementales, Nicolas Sarkozy était ce vendredi matin dans les studios de Radio France pour répondre aux questions des journaliste de France Info et à celles des auditeurs de France Bleu.L’occasion, bien entendu, d’évoquer le scrutin des élections départementales des 22 et 29 mars prochains, et d’indiquer à «ceux qui refusent la politique actuelle, à ceux qui contestent ce qui se passe, d’exprimer leur colère » en votant pour les candidats de l’UMP.« Nous pensons qu’il y a une alternative avec nous, avec une baisse des réductions d’impôts, une baisse de la dépense publique, l’arrêt de l’inflation normative et surtout une libération des capacités de la France », a souligné le président de l’UMP.Une façon de montrer la différence de volonté et de courage entre le premier parti d’opposition qui veut redresser la France et un gouvernement socialiste confronté à l’inaction, à la peur. « Manuel Valls dit qu’il a peur. Ce n’est pas rassurant. On ne demande pas au Premier ministre d’avoir peur, on lui demande de prendre des décisions en matière de sécurité, en matière économique pour faire reculer le chômage et sur l’ensemble des problèmes de la France» a taclé Nicolas Sarkozy étonné que dans une France où l’on compte 6 millions de chômeurs « on s’aperçoit qu’il y ait un contrôleur qui veut empêcher un boulanger des Landes de travailler ».Comme si aujourd’hui la France était devenu le pays où l’on s’évertue à empêcher, à contraindre, à taxer. « Y-a-t-il un seul pays au monde où l’on a fait autant d’augmentation d’impôts avec plus 40 milliards d’euros en deux ans ? On n’a jamais vu cela », s’est exclamé Nicolas Sarkozy.Et de prendre exemple sur la réforme de la Santé voulue par le Gouvernement socialiste et la ministre socialiste Marisol Touraine en particulier : « elle a une vision administrative de la santé. Pour elle, les hôpitaux privés sont illégitimes et les médecins libéraux il faudrait les fonctionnariser, c’est une folie ! », note le président de l’UMP pointant la volonté du gouvernement de généraliser le tiers payant. « Faire croire que la Santé c’est gratuit alors que c’est nous et vous qui payons, on va faire exploser le système. Pensez-vous que le frein à la croissance c’est les médecins, les notaires « , interroge encore Nicolas Sarkozy qui était, la veille, en déplacement à Belfort et Fessenheim.L’occasion d’évoquer la centrale nucléaire de Fessenheim que François Hollande veut définitivement arrêter. « Cette centrale nucléaire rapporte 400 millions d’euros d’euros par an. Elle produit 70% des besoins d’électricité de l’Alsace. L’autorité de sureté nucléaire a déclaré que Fessenheim pouvait fonctionner encore 10 ans. 2 200 familles en vivent. Et on veut sacrifier tout cela pour faire risette à 2 ou 3 personnes d’extrême gauche pour reconstituer la majorité plurielle », point Nicolas Sarkozy dénonçant une « combine politique » qui n’est pas à la hauteur des enjeux et des préoccupations des Français qui veulent prioritairement des mesures pour relancer l’économie et l’emploi en France.Les élections départementales sont donc l’occasion pour les Français de préparer l’alternance en votant UMP, rappelant aux auditeurs que lorsque « vous votez pour le Front National, comme ceux de nos électeurs qui l’ont fait dans le Doubs, vous avez un député socialiste de plus. C’est la réalité. »
Source: Actualités UMP

Laisser un commentaire