Voeux de Jean-François Copé pour l'année 2014

Vie du parti

 Mes chers amis,L’année qui se termine a été marquée par de grandes difficultés pour notre pays. Alors que la croissance mondiale est repartie, que nos voisins commencent à toucher les fruits de leurs efforts, la France, hélas, est affaiblie par les choix politiques d’un Gouvernement prisonnier de son dogmatisme et de son refus de voir la réalité en face.Le matraquage fiscal sans précédent imposé par François Hollande a paralysé notre économie et entraîné une très forte progression du chômage. Et voilà que maintenant, après les impôts et le chômage, c’est un troisième fléau qui menace : l’appauvrissement des Français, la précarisation de millions de Français.Les familles, les classes moyennes sont touchées par la peur du déclassement et la baisse de leur pouvoir d’achat. Les entreprises sont écrasées par la multiplication des taxes, des normes, des contrôles et des suspicions. Nos concitoyens sont de plus en plus nombreux à ne plus pouvoir faire face aux dépenses du quotidien et les associations comme les Restos du cœur sont submergées par les nouvelles demandes.Je veux avoir une pensée particulière pour ceux qui sont frappés par le chômage ou les difficultés sociales, pour ceux qui souffrent de la solitude ou de la maladie. Qu’ils sachent que chaque Français compte, que chaque Français est important. Et je veux saluer l’engagement admirable de tous ceux qui se mettent au service de leurs prochains pour soulager la misère au quotidien et faire vivre ce qui est, à mes yeux, l’idéal et qui est fondateur de la République : la Fraternité.Face à cette situation dramatique, je demande au président de la République de prendre acte de son échec devant les Français et d’avoir le courage de changer radicalement de politique économique. La France est à la croisée des chemins. Elle ne peut plus repousser les réformes nécessaires pour repartir vers l’avant et protéger l’avenir des enfants de France.Dans cette crise profonde, je veux vous le dire, notre famille politique n’a pas le droit de se dérober devant ses responsabilités. L’UMP devra honorer un premier rendez-vous majeur : consacrer cette année 2014 à partager avec les Français son projet politique.Après le séminaire de l’équipe dirigeante de l’UMP à la fin de 2013, j’ai convoqué, vous le savez, le Conseil national de l’UMP le 25 janvier prochain. Ce sera un moment décisif. Notre mouvement se prononcera sur les grandes mesures que nous devrons assumer avec courage, le moment venu, pour redresser la France.Pour ce qui me concerne, je me battrai avec une ardeur particulière pour que nous relevions ensemble deux défis indispensables au salut de la France. Deux défis qui correspondent à des valeurs constitutives de notre Nation. Même si, trop souvent, les mots ont été galvaudés par l’idéologie. Ces deux mots, ces deux défis, ce sont la liberté et l’égalité.La liberté, d’abord. Oui, je veux défendre cette liberté qui manque tant à notre pays, étouffé sous le poids du fardeau socialiste. La liberté économique. La liberté de travailler, de créer, d’entreprendre, de prendre des risques, de tomber, de se relever.La gauche doit enfin comprendre cette règle d’or : ce sont les entreprises qui créent des emplois, et non l’Etat. Voilà pourquoi la multiplication des emplois aidés dans le secteur public est une impasse. Pour lutter vraiment contre le chômage, il est urgent de baisser drastiquement les impôts, les charges sociales et la dépense publique, de supprimer sans trembler toutes les réglementations absurdes qui nous paralysent, d’en finir une bonne fois pour toutes avec les 35 heures. Bref, de vivre à l’heure du monde et de préparer l’avenir.Le second défi c’est celui de l’égalité, parce que les inégalités n’ont jamais été aussi fortes dans notre pays. Oui, nous devons aussi nous battre pour l’égalité. Pas l’égalitarisme qui nivelle tout vers le bas, l’égalité des chances qui invite chacun à donner le meilleur de lui-même et à recevoir selon son travail et son mérite. L’égalité des droits et des devoirs. L’égalité aussi devant les efforts et les réformes pour qu’il n’y ait pas deux poids deux mesures.Je suis inquiet de voir nos enfants pris en charge par un système scolaire qui ne leur donne plus les armes pour affronter l’avenir et développer leurs talents. Alors que tant d’enseignants se donnent du mal pour leurs élèves, l’heure n’est pas aux rafistolages calamiteux et ruineux comme le changement des rythmes scolaires. L’heure est à une véritable refonte de notre politique éducative. L’heure est à un investissement massif dans la formation tout au long de la vie.Je suis également inquiet de voir la communauté nationale se fissurer, avec des territoires entiers abandonnés par l’Etat.Je pense à nos compatriotes qui, à l’image des bonnets rouges, n’en peuvent plus du mépris affiché du gouvernement pour nos territoires ruraux.Je pense à cette France silencieuse qui commence à se réveiller, blessée dans sa conscience par un gouvernement qui choisit toujours l’idéologie plutôt que le bon sens.Je pense à nos compatriotes qui sont déboussolés parce que la République n’assume plus assez vigoureusement ses valeurs et ses exigences. Je pense notamment à ceux de nos concitoyens d’origine immigrée récente qui sont tentés par le repli communautariste parce que la promesse républicaine est devenue inaudible.La liberté d’entreprendre et l’égalité des chances. Voilà les deux frontières qu’il est vital de dépasser pour notre pays. C’est le chemin pour que la France renoue avec son rang et sa vocation, dans un monde qui bouge à toute allure. C’est le combat qui fonde mon engagement et rien ne pourra m’arrêter à l’avenir. Ni les sarcasmes, ni les caricatures, ni les mensonges, ni les calomnies. Rien ne pourra me dissuader de mener avec vous ce combat pour la France.Le deuxième rendez-vous majeur de 2014 pour notre famille politique, ce sont les élections municipales et européennes.Ce doit être, mes chers amis, l’occasion pour les Français de sanctionner François Hollande, et ainsi de l’obliger à changer de politique.Pour que le message des Français soit clair, il ne faut surtout pas le diluer dans un vote extrême. Porter sa voix sur les extrêmes, c’est enlever de la force à l’opposition républicaine, c’est offrir à François Hollande une échappatoire et affaiblir la sanction démocratique qu’il mérite.Je vous demande, à vous tous, militants, sympathisants, qui soutenez l’UMP, de relayer ce message auprès de vos proches et d’appeler les Français au vote sanction en les incitant à voter dès le 1er tour pour les candidats de l’UMP.A partir de mars, les maires UMP auront pour mission d’adoucir la vie des Français dans nos villes et nos villages, en contrant le matraquage fiscal de la gauche, en se mobilisant pour la sécurité des Français et le soutien de l’activité économique. Pour ma part, je vous le dis, je m’engagerai de toutes mes forces dans la campagne électorale, à Meaux, évidemment, mais aussi dans toute la France, pour apporter mon soutien à la nouvelle génération UMP qui se lève et s’engage.Enfin, je voudrais mettre en garde contre la banalisation de la haine. Contre le racisme. Contre toutes les formes de racisme, d’antisémitisme, d’islamophobie, de xénophobie… Elles doivent être condamnées à chaque fois avec la plus grande force, d’où qu’elles viennent.Dans cette période difficile, évitons par-dessus tous les écueils de la division nationale. Le sursaut français passe toujours par le rassemblement de toutes les énergies dans une même ambition.C’est l’une des leçons que nous pouvons tirer de la Grande Guerre 14-18, dont nous commémorerons cette année le centenaire. Celui qui chérit notre Histoire sait que la France n’est jamais à l’abri du pire, certes. Mais surtout, qu’elle est toujours disponible pour le meilleur, pourvu qu’elle ait une ambition, un cap et un capitaine.Mes chers amis, à chacun d’entre vous, à vos familles, à vos proches, je souhaite une très belle année 2014. Je vous souhaite de la joie, de la paix et de l’amour.Je vous embrasse.Jean-François CopéPrésident de l’UMP
Source: Actualités UMP

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

Nos députés interrogent le gouvernement

Ce mardi après-midi, lors de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, six…

juin 22, 2021

Vous êtes des arnaqueurs de l’écologie !

En matière d’écologie, plus vous en dites, moins vous en faites. Personne ne peut encore…

juin 22, 2021

Rassemblement avec Danièle Obono contre Valeurs Actuelles le mercredi 23 juin

Mercredi 23 juin, s’ouvre le procès du journal d’extrême droite Valeurs Actuelles pour injure à…

juin 22, 2021

Assurance chômage : renoncez à cette réforme de la honte !

On connaît la chanson : « quoi qu’il en coûte » pour ces multinationales, et…

juin 22, 2021

Nadine Morano : « C’est une véritable gifle pour le pouvoir en place »

Nadine Morano, députée européenne et conseillère politique de notre mouvement, était l’invitée de CNews. https://dailymotion.com/video/x82522a…

juin 22, 2021

Continuons notre belle mobilisation !

Chères militantes, chers militants, Depuis des semaines, alors que tous les éditorialistes annonçaient notre disparition,…

juin 21, 2021
%%footer%%