François Hollande avait promis une France apaisée, jamais elle n'a été autant fragilisée et divisée

Vie du parti

 « Ils ne font pas de bruit, on ne parle pas souvent d’eux à la Une des journaux mais ceux qui connaissent bien la France savent combien nous leur devons ». Ils, ce sont les maires et conseillers municipaux qui se sont engagés avec humilité pour leurs concitoyens et à qui Jean-François Copé a voulu rendre hommage, mardi, en recevant en notre siège à l’occasion du Congrès des maires plus de sept cents d’entre eux.De très nombreuses personnalités et anciens ministres avaient tenu à entourer le président de l’UMP pour cet hommage particulier « à tous les élus locaux qui font vivre la République et qui la font tenir debout quand tout semble si fragile, quand la crise de l’autorité semble vouloir tout emporter sur son passage ».L’occasion pour Jean-François Copé de souligner que cet engagement n’est pas sans risque, évoquant l’agression à l’arme blanche qu’ont subie le maire de Chateaurenard, Bernard Reynès et deux de ses collègues élus.Habitués à prendre des décisions, à trancher pour faire face aux urgences, à préparer l’avenir de leurs territoires, les maires présents ont marqué leur préoccupation devant une majorité parlementaire déboussolée, un président de la République silencieux et incapable de prendre la main face à la situation dramatique que traverse la France actuellement.« Est-ce que François Hollande a bien les fondamentaux de l’Art du gouvernement dans la Vème république, c’est-à-dire d’avoir une vision, un projet et une aptitude à décider », s’est interrogé le président de l’UMP.Jean-François Copé s’est également inquiété des quatre chocs que François Hollande a imposés à la France et aux Français, « quatre chocs que chaque maire ressent dans son action au quotidien et qui sapent les fondements de la République ».Le choc des impôts et un matraquage fiscal « historique » qui n’épargne personne. Ni le travail, ni l’épargne, ni les classes moyennes , ni les personnes les plus modestes.En matraquant fiscalement, en taxant plus, en ajoutant des normes aux normes, en dépensant plus (embauche de fonctionnaires, retour partiel à la retraite à 60 ans… ), le gouvernement socialiste a provoqué un second choc, celui du chômage en paralysant l’activité, l’envie d’entreprendre.Troisième choc, celui de la délinquance et de l’explosion de la violence dans toute la France. Les zones rurales n’y échappent pas, elles qui recensent une recrudescence des cambriolages de 12% en un an, des vols dans les exploitations agricoles (17%) ou encore les incendies volontaires de biens publics (28%).« François Hollande avait promis une France apaisée, jamais elle n’a été autant fragilisée et divisée », remarque Jean-François Copé s’inquiétant du quatrième choc, celui de l’explosion du communautarisme qui n’échappe à aucun maire, témoin de la tension palpable dans les villes, villages, quartiers. « Tandis que certains jouent le repli sur soi, la tension entre les communautés ou l’exacerbation des rancœurs, la France aspire au rassemblement. Elle cherche les voies de l’unité », assure Jean-François Copé pour qui le « péril raciste » est un « écran de fumée » mis en place par le pouvoir socialiste confronté aux conséquences dramatiques de sa politique.S’appuyant sur le rôle des maires, « véritables artisans de paix au cœur de nos cités, calmant chaque jour bien des tempêtes et des embrasements, palliant ainsi la défaillance de l’Etat », Jean-François Copé dénonce l’ « amalgame intolérable. Jamais je ne laisserai dire que la France et les Français sont racistes ! ».A quatre mois des élections municipales, Jean-François Copé a appelé les Français à sanctionner la gauche en votant UMP, « seule et unique façon de faire changer la politique dramatique de François Hollande ».Tous les candidats UMP seront porteurs d’un même socle électoral : pacte pour la sécurité et contre le matraquage fiscal, engagement pour attirer des entreprises et des investisseurs, pour engager des dynamiques nouvelles…« Tous nos candidats, toutes nos équipes, seront animés par un amour profond du bien commun et de leur territoire. C’est ainsi que ville par ville, village par village, quartier par quartier, rue par rue, nous allons regagner le cœur des Français », assure Jean-François Copé.
Source: Actualités UMP

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

Inauguration de la nouvelle Maison Campredon du Secours Catholique à Montpellier

Après plus d’un an de travaux #Inauguration ce soir de la nouvelle Maison Campredon du…

novembre 27, 2021

Décision de l’Instance de contrôle

L’Instance de contrôle s’est réunie le vendredi 26 novembre 2021 pour procéder à la validation…

novembre 26, 2021

L’Union européenne préfère l’immigration à la natalité européenne

Communiqué de Jordan Bardella, président du Rassemblement National, député européen   Malgré la pression constante…

novembre 26, 2021

Propriété intellectuelle ou la fausse « solution miracle » des licences obligatoires

Tribune de Joëlle Mélin   Le vote de ce jour au Parlement européen sur un dossier…

novembre 26, 2021

LREM refuse les barrières physiques aux frontières de l’UE et encourage l’immigration !

Communiqué de presse de Jean-Paul GARRAUD Député français au Parlement européen Président du groupe Rassemblement…

novembre 26, 2021

Sages-femmes : « Il n’y a pas que le périnée qui craque ! »

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=CanF7UT6_MU?start=102&feature=oembed&w=840&h=473] Les femmes ne veulent plus subir mais choisir, choisir leur accouchement.Choisir la position…

novembre 25, 2021
%%footer%%