Argentine • Le parti de Cristina Kirchner reste la première formation du pays

Dimanche 27 octobre, plus de 23 millions d’argentins se sont rendus aux urnes pour élire la moitié de leurs députés et le tiers de leurs sénateurs, dans le cadre de législatives partielles avec un taux de participation de 77,65%.
La tendance des élections PASO (primaires obligatoires) du 11 août 2013 a hélas été confirmée, l’hémorragie des voix vers le candidat d’opposition Sergio Massa dans la province de Buenos Aires ( fief du FPV avec 38% de l’électorat) s’est amplifiée. Cependant le Front pour la Victoire (FPV), le parti du gouvernement, a obtenu environ 1.300 000 voix de plus par rapport aux PASO. Et ce, malgré l’incapacité de la presidente à faire campagne pour cause de maladie.
Bien qu’ayant été battu dans plusieurs districts du pays, le FPV et ses alliés ont réussi à préserver la majorité dans la chambre des députés avec 132 membres sur un total de 250 , paradoxalement le gouvernement bénéficiera de 5 sièges de plus. Par ailleurs, au sénat, le FPV de Cristina Kirchner ne perd qu’un sénateur, et garde la majorité avec 38 sénateurs sur un total de 72 dans des élections de mi-mandat souvent défavorables pour le gouvernement en place.
Le FPV, avec 32.6 5% d’électeurs, confirme sa position de première formation politique du pays, suivis par les radicaux alliés au PS avec 20 ,72% et le Front rénovateur (péronisme dissident) avec 16,5% des scrutins.
Après dix ans de gouvernement, avec tout ce que cela comporte de difficultés, et malgré une situation économique difficile, le Parti de Gauche se réjouit d’apprendre que Cristina Kirchner pourra finir son mandat en 2015 et gouverner sans avoir à jongler avec un rapport de force défavorable au Parlement. En outre, la popularité de Cristina Kirchner, qui selon un récent sondage demeure de 52,5% reste de bonne augure, nous pouvons en effet supposer que le FPV pourra se présenter en 2015 avec de bonnes chances de victoire.
Le Parti de Gauche soutient le Front pour la Victoire en Argentine qui dans un contexte si difficile, parvient à échapper aux pronostics unanimement mauvais des commentateurs, si prompts à monter la chronique d’une fin annoncée du kirchnerisme.
Guillaume Beaulande, responsable de la commission Amérique latine
Source: Actualités Parti de Gauche

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

Conférence de presse du 22 septembre

Suite au bureau politique, Christian Jacob, président des Républicains, a tenu une conférence de presse.…

septembre 22, 2021

Harkis : l’opportunisme électoral d’Emmanuel Macron

Communiqué de presse de Stéphane Ravier, Sénateur des Bouches-du-Rhône Après 5 ans d’un mandat présidentiel…

septembre 22, 2021

Examen, en deuxième lecture, de la proposition de loi, modifiée par le Sénat créant la fonction de directrice ou de directeur d’école

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=T4cqC1imees?feature=oembed&w=840&h=473] Proposition de texte : Examen en 2ème lecture de la PPL création de…

septembre 22, 2021

Nos sénateurs interrogent le gouvernement

Ce mercredi après-midi, lors de la séance de questions au gouvernement, six sénateurs du groupe…

septembre 22, 2021

Christian Jacob : « La droite doit se rassembler »

Notre président, Christian Jacob, était ce matin l’invité de Nicolas Demorand et de Léa Salamé…

septembre 22, 2021

Taxe sur la liaison Nice-Corse : Christian Estrosi récidive !

Communiqué de Julie Lechanteux, Député européen du Groupe Identité & Démocratie Taxe sur la liaison…

septembre 22, 2021
%%footer%%