Education : autonomie, efficacité, responsabilité, le credo de l'UMP

Education et recherche

Depuis le début de l’année, notre famille politique travaille à un projet politique alternatif qu’elle construit dans le cadre des Etats généraux de la reconquête.La fiscalité, l’autorité, le travail, la réussite, l’Europe ont déjà fait l’objet de conventions spécifiques et ont permis, grâce à une démarche participative avec les militants, les membres du bureau politique, les parlementaires et notre site internet –plus de 50 000 contributions à ce jour – de mettre en avant des propositions innovantes.« Dans notre société, nombre de choses considérables ont déjà pour partie changé depuis cinq ans, c’est pourquoi il faut revoir de fond en comble le projet de notre famille politique » , estime Jean-François Copé qui assume, en qualité de président de l’UMP « une rénovation profonde de programme qu’il convient de faire sans tabou, sans langue de bois, sans crainte de déranger le politiquement correct ».Et s’il y a un sujet sur lequel « le politiquement correct est le plus puissant », c’est bien celui de l’éducation à qui l’UMP consacrait sa convention de jeudi dernier qui a permis de mettre sur la table des propositions « décapantes et innovantes » et de mettre en avant un besoin de liberté, cette nécessité de « libérer l’école pour libérer et épanouir les talents ».Ce mot liberté correspond à une « intuition profonde » de Jean-François Copé : « au bout de cinq années de pouvoir socialiste, les Français vont aspirer à la liberté. La liberté de se libérer du poids des impôts, taxes, réglementations qui étouffent la France, la liberté d’entreprendre, de réussir, d’échouer, d’aller et venir en toute sécurité, de dire ce qu’on pense. La liberté sera au cœur de notre projet de demain », assure Jean-François Copé pour qui « la clé de la réforme en matière d’éducation, c’est la confiance accordée aux acteurs de terrain, celle de libérer l’école, de responsabiliser les chefs d’établissements et les enseignants pour le bénéfice des élèves ».L’occasion de critiquer « la folie dépensière des socialistes » qui vont recruter 60 000 personnes supplémentaires dans l’Education nationale, la récente réforme des rythmes scolaires « imposée dans la douleur » aux familles et aux collectivités locales qui ne seront pas en mesure d’assurer le financement mais également la charte de la laïcité épinglée également par les militants présents qui se sont étonnés qu’elle émane de ceux-là même qui n’ont pas voté la loi contre le port de la burqa et qui ont également injurié notre famille politique lorsqu’elle voulait débattre de la laïcité !A une gauche qui, au nom d’une vision ultra-égalitariste, refuse l’excellence et le mérite, choisit le nivellement par le bas et ignore les besoins spécifiques de chacun, l’UMP propose un vrai chemin d’éducation pour nos enfants sur la base de trois principes énoncés par Hervé Mariton, délégué général au projet : autonomie « pour sortir d’un système embolisé », efficacité « car il y a tant de moyens si mal employés » et responsabilité « en faisant confiance aux acteurs de terrain que sont le chefs d’établissements, les enseignants et les parents ».Avant d’engager les débats avec les militants présents au siège ainsi qu’avec les parlementaires et maires de villes qui ont engagé des actions novatrices en matière d’accompagnement éducatif, avec les représentants syndicaux, les représentants de parents d’élèves et d’établissements scolaires publics et privés, Hervé Mariton a présenté les 36 premières propositions de l’UMP en matière d’éducation : autonomie des établissements scolaires que ce soit pour la gestion de l’équipe enseignante, du budgets mais aussi de la pédagogie ; suppression du collège unique « pour une grande personnalisation des parcours » ; réorganisation de l’enseignement en cycles et des classes en groupes de niveau pour personnaliser les enseignements, suppression de la carte scolaire, mise en place d’une véritable évaluation des enseignants par les chefs d’établissements, intensification de la formation initiale et continue des enseignants aux nouvelles pratiques pédagogiques , évolution des obligations de service et du temps de présence des enseignants dans l’établissement pour accompagner les élèves, accueillir les parents, ce qui induit une revalorisation de leur métier et de leur salaire…
Source: Actualités UMP

Laisser un commentaire