Espagne • le combat pour la défense de la santé publique ne faiblit pas!

Hier et avant-hier a eu lieu une nouvelle grève de deux jours du système de santé publique de la Communauté de Madrid contre la privatisation des hôpitaux. La deuxième depuis celle des 26 et 27 Novembre dernier (une première historique). Convoquée par les syndicats CCOO, Satse, Amyts, CSIT-UP, UGT et USAE, la mobilisation a pour objectif de protester contre les coupes budgétaires dans la santé du gouvernement de la Communauté de Madrid d’Ignacio Gonzalez et contre l’application du plan de la Communauté, « Le Plan de Moyens de Garantie de la durabilité du système de santé publique de la Communauté de Madrid », intégré dans son budget 2013.Son mot d’ordre est toujours le même: « La Santé ne se vend pas, elle se défend! » Car sous prétexte de faire passer le déficit de la Communauté de 1,5 % à 0,7 % du PIB (ce qui suppose une économie de 2700 millions d’euros du fait du manque de rentrées fiscales de la Communauté), le gouvernement mise sur une réduction drastique des dépenses de santé.Le plan prévoit la privatisation de 26 catégories de personnel non sanitaire, la centralisation de laboratoires, la reconversion de l’hôpital Carlos III et l’externalisation de la gestion sanitaire de 6 hôpitaux et 26 centres de santé entre autres.Les conséquences pour les personnels seront évidemment néfastes: plan sociaux avec licenciements de fonctionnaires (plus de 1000 postes sont en danger), changements forcés d’affectation, dislocation d’équipes expérimentées et pionnières dans certains domaines.Quant aux conséquences pour les citoyens, elles le sont tout autant: coût supplémentaire pour les contribuables madrilènes: plus d’un million par an! Rappelons qu’un lit en hopital privé coûte en moyenne 74% plus cher qu’un lit en hôpital public et que la capacité d’accueil des hôpitaux publics est invariablement plus faible que celle des hôpitaux privés comme l’ont rappelé 600 médecins de 20 centres hospitaliers madrilènes dans une « lettre aux citoyens » publiée hier.Bref. Il s’agit là d’un odieux cadeau fait au secteur privé sans que rien ne le justifie, les hôpitaux publics n’étant généralement pas déficitaires et seules les activités les plus rentables étant privatisées…Les travailleurs de la santé publique réclament que le Plan de la Communauté de Madrid soit retiré. En l’absence de réaction du gouvernement, ils sont décidés à continuer à se mobiliser.Le Parti de Gauche dénonce les tentatives du gouvernement de la Communauté de Madrid de démanteler la santé publique et appuie les travailleurs de la santé publique de Madrid dans leur lutte pour préserver une santé entièrement publique de qualité.Les patients ne sont pas des clients. La santé publique est un droit qui doit être défendu.
Source: Actualités Parti de Gauche

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

Emmanuel Macron et l’Afrique : l’humiliation permanente.

Après avoir, en 2017, fait grincer bien des dents par une sortie saumâtre sur l’électricité…

août 18, 2022

CARAVANES DE L’UNION POPULAIRE – Jour 7 – Étape de Toulouse

Mercredi 17 août, la caravane populaire était à Toulouse. C’est dans le quartier Bourbaki, accueilli·es…

août 18, 2022

CARAVANES DE L’UNION POPULAIRE – Jour 6 – Étapes de Tarascon-sur-Ariège et de Saint-Étienne

Mardi 16 août, les caravanes populaires ont fait étape à Tarascon-sur-Ariège et à Saint-Étienne. C’est…

août 17, 2022

CARAVANES DE L’UNION POPULAIRE – Jour 5 – Étapes de Bordeaux et de Vénissieux

Lundi 15 août, les caravanes populaires se sont arrêtées à la Cité des Aubiers à…

août 16, 2022

CARAVANES POPULAIRES – Jour 4 – Étapes de Nantes et de Belfort

Dimanche 14 août, les caravanes populaires ont fait étape à Nantes et à Belfort. C’est…

août 15, 2022

Solidarité avec Salman Rushdie

Salman Rushdie, 75 ans, a été violemment poignardé , alors qu’il s’apprêtait à donner une conférence…

août 14, 2022
%%footer%%