Lula doit rester libre, c’est le peuple brésilien qui le jugera !

Moins de 24 h après le jugement de la Cour suprême brésilienne qui a rejeté la demande d’Habeas Corpus de l’ancien Président Lula, la décision précipitée du juge Sergio Moro d’exiger un mandat de dépôt révèle la haine qui motive la tentative de la droite putschiste d’évincer Lula de l’élection présidentielle d’octobre.

En dépit de cet acharnement politico-juridique, doublé de menaces de coup d’État de la part du chef d’État-major de l’armée si Lula venait à se présenter aux élections, l’ancien président reste le grand favori de l’électorat. Incarcérer Lula revient à bafouer la volonté d’une large partie du peuple brésilien, qui n’est pas dupe d’une supercherie dénoncée par de nombreux juristes dans le monde.
50 ans après le coup d’État de 1964, ne laissons pas les droits du peuple brésilien être violés par une poignée de dirigeants affairistes qui s’appliquent à changer la législation pour satisfaire leurs intérêts personnels.
Malgré la désinformation quotidienne des conglomérats médiatiques, le peuple brésilien est conscient des ravages engendrés par le coup d’État de 2016 sur ses acquis sociaux et sa souveraineté. Face à cette régression Lula continue à incarner l’espoir. Les mouvements de masse qui dénoncent en ce moment même la décision inique de la Cour suprême rappellent que la lutte ne fait donc que commencer.
Le Parti de Gauche réitère son soutien total au peuple brésilien et au camarade Lula, au nom de la fraternité internationale et de la lutte pour les principes universels de démocratie et de justice sociale portés par l’ancien président brésilien.

Florence Poznanski, référente pour le Brésil
à la commission internationale du Parti de Gauche
Source: Actualités Parti de Gauche