Priorité budgétaire depuis 2012, l’Éducation redevient une variable d’ajustement

Le Parti socialiste dénonce l’imposture du ministre de l’Éducation qui sous couvert de pragmatisme prépare des coupes claires dans le budget de l’Éducation nationale.
Invité du Grand jury d’Europe 1 ce dimanche, le ministre a indiqué que les aides aux communes pour la mise en place d’activités périscolaires seraient supprimées à partir de 2018. Une économie de 400 millions qui se fait sur le dos du budget de l’éducation, du jamais vu depuis 2012.
Sans aide de l’État, de nombreuses communes seront contraintes de mettre un terme à leurs activités périscolaires et de revenir, souvent contre leur gré, à la semaine scolaire de 4 jours. Contrairement à ce qu’affirme le ministre, il n’y a là aucun choix, aucune liberté ni aucun pragmatisme.
La Contre-Réforme Blanquer se précise. Loin de porter une ambition pour l’école, elle semble obnubilée par la recherche d’économies au risque de refaire de l’éducation une variable d’ajustement budgétaire.
Cet article Priorité budgétaire depuis 2012, l’Éducation redevient une variable d’ajustement est apparu en premier sur Parti socialiste.
Source: Actualités du PS

Laisser un commentaire