Pour Bruno Beschizza, le Ministre de l'Intérieur est donc victime du syndrome Hollande : il parle le Valls, mais fait du Taubira

Sécurité et défense

Bernard CAZENEUVE a annoncé qu’il allait prendre des mesures « extrêmement puissantes » pour «lutter contre ceux qui organisent le trafic» de drogues et « ceux qui s’approvisionnent » à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).Sur la forme, cette déclaration constitue une sorte d’amnésie immédiate de la part du Ministre de l’Intérieur qui oublie que cela fait déjà plus d’un an qu’il est en poste.Sur le fond, face aux atermoiements du Ministre de l’Intérieur, Bruno BESCHIZZA rappelle que le gouvernement a tout fait pour créer les conditions d’un trafic qui mine nos quartiers populaires.C’est donc récemment ce gouvernement qui a fait voter par l’Assemblée nationale l’expérimentation des salles de shoot sous la présidence de Claude BARTOLONE. Ce même Claude BARTOLONE, aujourd’hui candidat à la présidence de la région Île-de-France, où les socialistes ont décidé de subventionner à hauteur de 200.000 euros ces salles.N’oublions pas non plus que François HOLLANDE lui-même avait posé sur la table le 27 septembre 2011 lors d’un interview à Direct Matin l’idée d’une contraventionnalisation de la consommation des drogues.Aussi, derrière les effets de manche et les mesures « extrêmement puissantes », c’est ce gouvernement qui mène une politique pénale désastreuse à l’égard des drogues où chaque jour des individus pourtant arrêtés avec plusieurs dizaines de kilos de cannabis sont libérés sur le champ par la justice de Madame TAUBIRA dont le tryptique de base est culture de l’excuse, impunité institutionnelle et laxisme judiciaire.Pour Bruno BESCHIZZA, le Ministre de l’Intérieur est donc victime du syndrome Hollande : il parle le VALLS, mais fait du TAUBIRA.Bruno BESCHIZZASecrétaire national en charge de la Sécurité
Source: Actualités UMP

Laisser un commentaire