En refusant tout débat constructif avec l'opposition au sujet de la lutte contre le terrorisme, le gouvernement a pris la responsabilité de mettre fin à la nécessaire unité nationale en la matière

Sécurité et défense

Le gouvernement a coupé court, ce matin à l’Assemblée nationale, à toute forme de dialogue avec l’opposition en refusant de débattre de notre proposition de loi visant à condamner à 30 ans de prison, à la perte de leur nationalité française et à l’indignité nationale, les terroristes de nationalité française portant les armes contre nos soldats et nos ressortissants.Le dépôt par le groupe socialiste d’une motion de rejet préalable mettant fin à tout débat démontre à quel point cette prétendue main tendue n’était qu’une imposture et un nouveau mensonge.Nos compatriotes jugeront ainsi, par eux-mêmes, de l’hypocrisie des propos tenus par Manuel VALLS au lendemain des attentats de janvier dernier dans ce même hémicycle de l’Assemblée nationale. Englués dans leurs calculs d’appareils et de congrès interne au PS, les Députés socialistes n’ont pas su se hisser à la hauteur du défi collectif que nous devons relever pour la sécurité des Français.L’UMP consciente de son devoir a su, quant à elle, prendre ses responsabilités, aux Députés socialistes d’assumer maintenant cette faute morale devant les Français, qui écorne l’unité nationale.Philippe MEUNIERSecrétaire national à la Défense
Source: Actualités UMP

Laisser un commentaire