Crédit photo NguyenAiQuoc – Wikimédia Commons
La loi LRU (Libertés et responsabilités des Universités) a été une des premières lois du mandat de Nicolas Sarkozy. Elle était emblématique des lois votées en juillet 2007 qui posaient les jalons de la régression sociale qui marquerait le quinquennat.
Son objectif principal était de mettre en place l’autonomie des établissements pour les pousser à la concurrence tandis que la pénurie budgétaire favorisait la privatisation du financement des Universités. L’enseignement supérieur avait ainsi vocation à se transformer en marché, au détriment de la qualité de l’enseignement et du droit de tou-te-s à l’éducation. Loin de l’abroger, le gouvernement s’inscrit dans le même cadre pour proposer une nouvelle loi d’orientation sur l’Enseignement supérieur et la Recherche par la voix de la Ministre Fioraso.
Avancées en trompe l’œil
Les annonces ministérielles vantent l’écoute des revendications du monde universitaire et leur prise en compte dans le projet de loi. Les questions de la gouvernance et de l’évaluation des établissements sont marquées par des évolutions qui pourraient passer pour des améliorations. La Ministre avait affirmé que la gouvernance des Universités serait plus collégiale. L’évaluation des établissements ne serait plus confié à l’AERES (agence d’évaluation instituée par la LRU et très fortement contesté par l’ensemble de la communauté universitaire). Ces annonces sont contredites par les faits. La gouvernance n’est pas plus démocratique. Les conseils qui gèrent les Universités continueront à être composés en grande partie par des membres nommés et non plus élus. Pire, alors que seuls les membres élus des conseils participaient à l’élection du président, même les membres non élus pourront désormais le faire (L712-2). Enfin, concernant l’évaluation, l’AERES disparaît mais est remplacée par le Haut Conseil d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (HCERES). Le nom mis à part, on cherche la différence. La méthode est la même que pour la RGPP renommée MAP. On change le nom, pas le fond.
Les grandes orientations de la LRU sont donc confirmées et amplifiées par la loi Fioraso. Celle-ci organise, plus explicitement encore, la subordination progressive du monde académique aux impératifs du secteur privé et de

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

Décision de la Haute autorité

Vu l’article 4 de la Constitution, Vu l’ordonnance revêtue de l’exécution provisoire rendue le 20…

septembre 24, 2022

Vœu – Taxation des super-profits réalisés par les grandes entreprises en période de crise

Proposition de vœu du réseau des élu·es insoumis·es et citoyen·nes. Conseil municipal de la ville…

septembre 23, 2022

Vœu pour une rénovation thermique de tous les bâtiments vraiment massive et efficace

Proposition de vœu du réseau des élu·es insoumis·es et citoyen·nes. Conseil municipal de la ville…

septembre 23, 2022

Pour protéger et rendre justice aux enfants victimes de violences sexuelles, il faut y mettre les moyens.

Communiqué du groupe parlementaire La France insoumise Nous partageons les recommandations de la Ciivise et…

septembre 23, 2022

Révolution citoyenne de la jeunesse en Iran

Communiqué du groupe parlementaire La France insoumise. Depuis le 18 septembre, des manifestations dans de…

septembre 23, 2022

Élection à la Présidence des Républicains

La Haute Autorité prend acte de la décision du juge des référés du tribunal judiciaire…

septembre 23, 2022
%%footer%%