Récit d'écosocialisme au Maroc • De Marseille à Tanger, une seule Méditerranée

Arrivée au Maroc accueillie par un croissant de lune mercredi soir, le sourire aux lèvres. Voyager, c’est à chaque fois décaler un peu le temps et l’esprit, prendre une grande inspiration, faire le pas de côté essentiel pour se décoller le nez. Confronter aussi ses présupposés à la réalité… Et au Maroc, tous les ingrédients sont réunis pour donner envie d’aller y voir de plus près.Ici, sur les rives de la Méditerranée, flotte encore le parfum du printemps arabe et du mouvement marocain du 20 février. Ses répercussions politiques, comme en témoigneront les représentants de la société civile, syndicalistes, associatifs, représentants d’Attac et militants des droits de l’homme, politiques de gauche que nous allons rencontrer, n’ont pas fini de secouer la société marocaine. La parole des syndicalistes et associatifs se libère, l’autre gauche se rassemble et s’organise, des problématiques écologiques et sociales comme l’accès à l’eau et sa gestion publique grandissent. Ajoutez à cela qu’ici les deux tiers de la population a moins de 30 ans, que le pays est dirigé par un monarque et un gouvernement avec le parti islamiste PJD, et vous aurez une idée des raisons pour lesquelles nous faisons l’analyse que le Maroc est un des lieux où peut naître et grandir la révolution citoyenne. Le tout sur fond de mimosas, de palmiers et d’eucalyptus… Bref, bien décidée à ouvrir grands le regard, l’esprit et le cœur, à ne pas en perdre une miette.A Casablanca je retrouve donc Jean Luc Mélenchon et Alain Billon, notre responsable Maghreb-Machrek du PG. Eux ont déjà largement entamé cette tournée écosocialiste en Tunisie et Algérie. Ils me racontent l’ambiance à Tunis, le centre culturel d’Alger, et le programme chargé qui nous attend au Maroc. Le tout autour d’un plat de calmars frits dans un restaurant populaire de Casa, et la joyeuse interruption permanente de marocains qui viennent saluer Jean Luc, toujours amicaux et respectueux, et nous remercier avec chaleur de la campagne présidentielle. C’est fou de se rendre compte à quel point tout ce que nous avons fait, à grandes foulées et le nez dans le guidon, a été suivi ici avec attention et beaucoup d’enthousiasme. Ici aussi nous avons par nos actions, sans toujours en avoir conscience, redonné espoir à plein de gens. Franchement c’est une chouette piqûre de rappel. Et tout au long de notre séjour nous serons ainsi stupéfaits de voir à quel point le discours du Prado à Marseille, mais aussi les images de la Bastille et notre discours contre le FN ont marqué les esprits. Jean Luc est connu ici comme le loup blanc, on lui donne du

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

CARAVANES POPULAIRES – Jour 1 – Étapes de Rouen et de Lille

Jeudi 11 août, les caravanes populaires se sont rendues dans les Hauts de Rouen, au…

août 12, 2022

Nos députés et sénateurs ont réussi à faire adopter un grand nombre de mesures

Chers amis, Les premiers textes de loi de la législature concernant le pouvoir d’achat ont…

août 5, 2022

Bruno Retailleau : « Attention aux réformes cosmétiques sur l’immigration ! »

Pour le président du groupe Les Républicains au Sénat, les mesures annoncées par le ministre…

août 5, 2022

Bruno Retailleau : « Le pouvoir d’achat ne dépend pas de l’endettement de l’État, il dépend du travail »

Bruno Retailleau, président du groupe les Républicains au Sénat et sénateur de Vendée, était l’invité…

août 3, 2022

L’ÉTAT DOIT TIRER LES LEÇONS DES INCENDIES EN GIRONDE EN PROTÉGEANT LA SOLOGNE DE L’ENGRILLAGEMENT DES FORÊTS !

Communiqué de Mathilde Paris   Les feux qui ont ravagé la Gironde ont montré les…

août 3, 2022

Nos députés interrogent le gouvernement

Ce mardi après-midi, lors de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, trois…

août 2, 2022
%%footer%%