Egypte • Communiqué du Parti de la Gauche Européenne

Le président égyptien Mohammed Morsi, élu le 17 Juin dernier, a annoncé un référendum le 15 Décembre sur un projet de constitution rédigé à marche forcée. Le Président Mursi et ses partenaires tournent le dos aux objectifs démocratiques et aux espoirs légitimes du soulèvement populaire de 2011.
Le projet de nouvelle constitution entérine la fin de l’Etat social égyptien et la soumission aux diktats du FMI, et le pouvoir islamiste ignore les problèmes sociaux urgents, la lutte contre la pauvreté, le chômage, les inégalités. Il poursuit la politique néolibérale de l’ancien régime de Moubarak. L’objectif des islamistes est la construction d’un État théocratique, allant à l’encontre du développement des libertés individuelles, des droits des femmes, d’un état civil et d’un État de droit.
Le président Morsi a voulu faire de ce référendum un plébiscite. Mais c’était sans compter avec la mobilisation populaire exceptionnelle qui a eu lieu dans l’ensemble du pays. La décision des organisations islamistes, notamment des Frères Musulmans, de briser la mobilisation populaire par la force et la violence s’est manifestée dans les sanglants affrontements de la nuit de mercredi à jeudi derniers, faisant au moins huit morts et plus de 700 blessés.
Le peuple d’Egypte a déjà réussi à que Morsi retire le décret qui lui donnait tous les pouvoirs. Les luttes vont continuer cette semaine pour exiger un report du vote sur la constitution, initialement prévu le 15 décembre, et ouvrir le chemin à une autre, réellement démocratique.
Le Parti de la Gauche Européenne, qui s’est tenu dès le début au côté du peuple d’Égypte, exprime sa solidarité envers lui, aux travailleurs et à toutes les forces démocratiques de ce pays qui agissent pour construire une Égypte libre, sociale et démocratique.

Le 10 Décembre 2012
Source: Actualités Parti de Gauche

Laisser un commentaire