PPL Livre : nous devons rétablir les conditions d’une concurrence équitable entre les libraires et les plateformes en ligne

Intervention de Michel LARIVE dans le cadre de la proposition de loi visant à conforter l’économie du livre et à renforcer l’équité et la confiance entre ses acteurs.

« Le bras de fer avec les géants du secteur du livre ne date pas d’hier. En 1981, la loi Lang avait pour but de considérer le livre comme autre chose qu’une marchandise et de refuser que le principe européen de la concurrence libre et non faussée ne lui soit appliqué. Cette loi a permis de protéger la librairie indépendante et les petits éditeurs. Depuis, le prix du livre est fixé par l’éditeur et le libraire ne peut appliquer une remise supérieure à 5%. De plus, les livres ne peuvent être soldés que 2 ans après leur parution. Pour obtenir cela, la bataille fut difficile ! Leclerc et la FNAC s’étaient insurgé avec force et certains considéraient qu’il était impossible de contraindre ces grandes entreprises.

Quelques années plus tard, l’apparition des sites de vente en ligne, et en particulier d’Amazon, a rebattu les cartes. Les librairies indépendantes étaient mises en danger, notamment sur la question des frais de port. C’est la raison pour laquelle en 2014 une loi dite « anti-Amazon » a interdit aux sites de vente en ligne de cumuler la gratuité des frais de port avec les 5% de remise sur le prix du livre.

4 ans plus tard en avril 2018, avec notre collègue Yannick KERLOGOT, nous avons rendu un rapport sur l’évaluation de cette loi. Notre travail commun a permis de mettre en avant les aspects inefficaces de la loi interdisant les frais de port gratuits. Effectivement, les grandes plateformes telle que la FNAC ou AMAZON, dès le lendemain de la publication de la loi, ont facturé leurs frais de port à 1 centime d’euros. Ce montant dérisoire a aggravé la distorsion de concurrence entre les grandes plateformes et les détaillants.

C’est la raison pour laquelle la volonté de lutter contre ce contournement de la loi de 2014 est une bonne chose. Vous proposez de « rétablir un équilibre entre les librairies indépendantes et les acteurs du e-commerce comme la Fnac et surtout Amazon », en légiférant sur les tarifs de livraison et en permettant des subventions aux petites et moyennes librairies par les communes. Ce dispositif propose donc de faire payer davantage les acheteurs et de s’appuyer sur le soutien financier des collectivités territoriales.

Nous considérons qu’une attaque plus directe du modèle d’Amazon aurait été plus opportune. Rappelons que cette entreprise détruit beaucoup d’emplois qu’elle n’en crée. Qu’elle participe de l’artificialisation des terres et est championne en matière d’émission de CO2. Nous regrettons que cette proposition de loi n’ait pas été l’occasion de taxer les profits exceptionnels d’Amazon pendant la crise, de réformer la fiscalité du e-commerce, de lutter contre la fraude à la TVA et le contournement des taxes, d’interdire ou de limiter la construction des entrepôts de e-commerce etc. Les propositions que je viens de formuler sont pourtant soutenues par de nombreux syndicats et associations. Elles ont déjà fait l’objet de propositions d’amendements pour certaines, lors de l’examen du projet de loi sur la Convention Citoyenne pour le Climat, toutes retoquées par la majorité. Cette proposition de loi ne prévoit pas de dispositif permettant d’assurer pour nos créateurs, les conditions d’une vie digne, alors que la moitié d’entre eux gagnent moins que le SMIC. Le texte ne permet pas de « renforcer l’équité et la confiance » entre tous les acteurs du secteur du livre.

Pourtant, nous souhaitons vivement rétablir les conditions d’une concurrence équitable entre les libraires et les plateformes en ligne. Nous sommes pour conforter le prix unique du livre. Nous partageons le combat contre la gratuité des frais de port. Cette dernière multiplie artificiellement les commandes en ligne et nous préférons que les clients s’approvisionnent localement auprès de nos libraires, qui dans l’esprit de la loi Lang, sont de véritables messagers de la culture.

J’ai également reçu des contributions de libraires de mon département, notamment la librairie « Majuscule » de Foix ou encore la librairie « Bleu du Ciel » à Pamiers, qui sont favorables à ce dispositif. Nous accompagnerons donc nos débats en proposant des amendements visant à combler les déficits structurels de votre texte. »

Source: Actualités La France insoumise

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

La prime de la peur

Communiqué du groupe parlementaire La France insoumise. Affolé par la flambée des prix de l’énergie…

octobre 21, 2021

Communiqué de La France insoumise suite au décès de Daniel Baiguini

Communiqué de La France insoumise. Daniel Baiguini nous a quitté ce mercredi 20 octobre 2021.…

octobre 21, 2021

Audition de F.Vidal, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, sur la Mission Recherche et enseignement supérieur du Projet de loi de finances pour 2022

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=gjooIjJiitI?feature=oembed&w=840&h=473] « Le budget de la mission “Recherche et Enseignement Supérieur” qui s’élève cette…

octobre 21, 2021

La commission des lois vient constater les dégâts de la politique gouvernementale dans les Antilles françaises.

Communiqué de presse de Monsieur André Rougé Député français au Parlement européen Groupe Identité et…

octobre 20, 2021

Audition de J.M Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale sur la mission Enseignement Scolaire du Projet de loi de finances pour 2022

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=G6a1uRfPBNg?feature=oembed&w=840&h=473] « Cette année encore, bien que le budget du ministère de l’éducation et…

octobre 20, 2021
%%footer%%