EDF a 75 ans, 50 ans de service public suivis de 25 ans de démantèlement

Il y a 75 ans, le 8 avril 1946 naissait EDF par la loi no 46-628 sur la nationalisation de l’électricité et du gaz, sur proposition de Marcel Paul (résistant communiste déporté à Auschwitz pendant la seconde guerre mondiale). Il est nommé ministre de la production industrielle, le 21 novembre 1945 et propose la nationalisation de l’énergie le 27 mars 1946 à l’Assemblée Nationale qui est votée à une large majorité le 8 avril et donc la création de la nouvelle entreprise publique, un modèle social, nommée EDF-GDF. Première conséquence, les 1450 entreprises différentes entre la production, le transport et la distribution de l’énergie sont donc nationalisées et regroupées dans l’établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) sous le nom EDF. Également, la péréquation tarifaire est mise en place ce qui veut dire que tout le monde en France paye le même tarif de l’électricité ce qui n’était pas le cas avant et les tarifs pouvaient être multipliés par 10 suivant là où on habitait.
Le réseau unique intégré permet la régulation de la production pour qu’elle soit toujours égale à la consommation évitant ainsi les black-out. Des grands travaux comme la construction de barrages hydrauliques et des centrales thermiques puis nucléaires ont vu le jour ce qui a permis à la France de garantir son indépendance énergétique ô combien stratégique et reconnue dans le monde entier (mais il ne faut pas oublier que ce fut aux dépens de certains pays africains comme le Niger où l’exploitation du minerai d’uranium s’est faite dans des conditions nettement insatisfaisantes de protection de la santé des populations et de l’environnement et à des conditions de prix ne permettant pas un développement des pays concernés). Les Comités Mixtes à la Production permettent aux salariés d’être associés à la gestion de l’entreprise et le statut garantit aux agents une sécurité de l’emploi, une grille de salaires unique, une retraite versée par l’employeur, des activités sociales financées par le 1% du chiffre d’affaires de l’entreprise juste pendant du 1% versés en dédommagement des actionnaires. Cette sécurité de l’emploi a pour contrepartie des devoirs de mobilité et de sujétion de service y compris pour les retraités qui ne sont donc que des inactifs pouvant être mobilisés.
Pour ce 75ème anniversaire, Emmanuel Macron et son gouvernement ont décidé d’enterrer ce modèle qui a fait ses preuves en demandant à l’entreprise elle-même de lancer le projet « Hercule ». EDF après avoir été obligée de séparer ses activités au moment de l’ouverture du capital, va être découpée en morceaux,. Comme d’habitude on socialise les pertes et on privatise ce qui est rentable. Sous l’impulsion de l’Union Européenne, le président de la République propose de revenir au modèle d’avant qui ne fonctionnait pas et était inégalitaire à plus d’un titre. Pire même dans cette volonté des néolibéraux de privatiser l’énergie, la commission européenne a bâti son plan à partir du seul pays au monde qui a privatisé son Energie : le Chili de Augusto Pinochet, à chacun ses références sur l’Amérique Latine. Ce projet Hercule est malheureusement la fin du processus de privatisation enclenché il y a plusieurs années. Les néo-libéraux s’attaquent à nos conquis sociaux car comme le disait si justement Ambroise Croizat, le créateur de la sécurité sociale « ne me parlez pas d’acquis sociaux mais de conquis sociaux car le patronat ne se désarme jamais ».

Au lieu de mener la bataille, les différents gouvernements français ont accompagné, faisant le bon élève, les injonctions de Bruxelles. En 2004, EDF devient une Société Anonyme, synonyme de son entrée en bourse. Une des conséquences premières, et tout le monde peut le constater, est l’augmentation des tarifs sur nos factures chaque année. Pour maximiser ses profits, EDF fait également de plus en plus recours à la sous-traitance avec des conditions de travail moins bonnes pour les salariés concernés. Dans cette loi, les barrages sont retirés de la catégorie SIEG (site d’intérêt économique général) alors que dans le droit Européen le SIEG protège de la mise en concurrence. En ayant enlevé cette protection, le gouvernement français de l’époque a donc laissé la porte ouverte pour que la France soit mise en demeure par l’UE pour l’ouverture à la mise en concurrence de ses barrages. Et maintenant avec Hercule, un pas de plus est franchi et comme d’habitude avec Macron et son gouvernement, en catimini, sans aucun débat.
Pour le Parti de Gauche, l’énergie est un bien commun
EDF doit rester une entreprise intégrée et redevenir 100% publique dans un monopole public de l’énergie, un outil indispensable pour l’indépendance énergétique de la France et pour la bifurcation écologique. Le Parti de Gauche, à l’occasion de cet anniversaire, tient à rendre hommage à l’ensemble des agents d’EDF, ces femmes et ces hommes qui depuis 75 ans œuvrent à nous fournir de l’électricité 7 jours sur 7. Le Parti de Gauche réaffirme sa totale opposition au projet Hercule et soutient les agents d’EDF mobilisés contre ce projet néfaste.

Emilie Marche – Pierre Boutry
Source: Actualités Parti de Gauche

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

Expériences sur les animaux : la Commission entendra-t-elle le Parlement européen ?

Communiqué de Madame Bruna, député Français au Parlement européen, membre de la commission d’enquête sur…

septembre 17, 2021

Fichiers Fdesouche : le combat contre l’extrême-droite est plus que jamais nécessaire

Communiqué des signataires de l’appel à la marche du 12 juin pour les libertés et…

septembre 17, 2021

La rupture du contrat du siècle avec l’Australie : un nouveau signal d’alarme

Le 16 septembre, l’Australie a rompu « le contrat du siècle » conclu en 2019…

septembre 17, 2021

Inondations dans le Gard : l’État doit être auprès des sinistrés

Inondations dans le Gard : l'État doit être auprès des sinistrés.   Communiqué de presse…

septembre 17, 2021

Stratégie « De la Ferme à la Table » : Attention danger !

Stratégie « De la Ferme à la Table » : Attention danger !  Communiqué de Joëlle Mélin, Député européen…

septembre 17, 2021

Le vote par Internet, la fausse bonne idée pour lutter contre l’abstention

Par Florence Poznanski, déléguée de la France insoumise au bureau de vote électronique en mai…

septembre 16, 2021
%%footer%%