Question écrite | Lois relatives à l’adoption

Michel Larive a attiré l’attention de Mme la Ministre des Solidarités et de la Santé sur les problématiques législatives rencontrées lors des démarches d’adoption.

Le premier problème qui se pose est la période d’attente entre le dépôt du dossier d’adoption et l’attribution de l’enfant à sa famille, pouvant parfois durer de nombreuses années. Lorsque la ou les personnes souhaitant adopter sont fonctionnaires, cette situation de postulant à l’adoption n’est pas prise en compte dans la bonification de points qui permet l’affectationou la mutation. Cette position peut entraîner de nouvelles difficultés si les conjoints sont séparés en raison d’une affectation, entraînant une instabilité dans le foyer, non propice à l’accueil d’un enfant.

Une autre des problématiques réside dans lapériode des congés: avant l’adoption et après l’adoption. · En effet, les pays étrangers fixent eux même les durées de séjour, qui varient de quelques jours à 6 mois en fonction des pays. Prenons quelques exemples : 3 mois pour le Chili ou Madagascar, 6 semaines pour la Hongrie, 6 mois pour la République Dominicaine. L’objectif de ces séjours est de créer des premiers liens avec le(s) enfant(s) et de finaliser administrativement la procédure. En France, les textes réglementaires qui régissent l’adoption prévoient que tout salarié titulaire d’un agrément en vue d’adoption puisse bénéficier d’une autorisation d’absence d’une durée maximale de 6 semaines, s’il se rend dans les territoires d’outre-mer ou à l’étranger pour adopter un enfant. Dans la fonction publique il s’agit forcément d’une disponibilité. Les durées d’absence sont donc en totale inadéquation avec les procédures engagées à l’étranger. De plus, pour les fonctionnaires l’avancement, le salaire et les droits à la retraite sont perdus pour toute la durée de l’absence. Au-delà de 6 semaines, l’absence, qui n’est plus de droit mais soumise à autorisation de la hiérarchie, doit être qui plus est, formulée 3 mois avant la date de fin de disponibilité, soit avant de savoir si le séjour sur place devra être prolongé ou non en fonction de l’avancée des démarches. · La durée du congé d’adoption varie de 10 à 22 semaines selon le nombre d’enfants accueillis, alors que le congé de maternité varie lui entre 16 à 46 semaines, créant une inégalité injustifiée.

Viennent ensuite les difficultés rencontrées d’ordre financier. Aucun droit de déduction d’aucun frais (formation, frais de déplacement pour se rendre à l’étranger, etc.) n’est prévu. Les enfants ne sont pas pris en compte à charge dès le début de la période de convivialité à l’étranger (alors que celle-ci peut durer 6 mois), mais uniquement après le retour en France. Il est impossible en France d’anticiper cette situation fiscale. De plus, avec le prélèvement à la source, le délai pour la mise à jour du taux peut atteindre 3 mois. Les difficultés financières sont donc grandissantes en fonction du nombre d’enfants adoptés. Le « prêt d’adoption » comme cela existe dans d’autres pays n’existe pas en France ; la seule option étant de contracter un « prêt à la consommation »…

Enfin, lorsque l’enfant ou les enfants arrivent dans leur nouveau foyer, les revenus pris en compte sont ceux de l’année N-2 et non ceux réels de la période de l’adoption où les adoptants n’ont parfois pas de salaire pendant une période parfois longue. Les pertes de revenus liées à l’adoption ne sont donc pas prises en compte pour bénéficier de la Prime d’Adoption, tout comme les frais liés à l’adoption, qui ne viennent pas en déduction des revenus. Ils sont pourtant conséquents. Les plafonds de revenu fixés par la CAF pour pouvoir prétendre à la Prime à l’Adoption ont été revus à la baisse et ceux pour la PAJE – Prime Accueil Jeune Enfants – sont encore plus faibles. Les ressources de l’année N-2 sont ici aussi prises en considération.

A l’aune de ces constatations et des nombreuses problématiques soulevées, rencontrées par les futurs parents lors des démarches liées à l’adoption, Michel Larive souhaite savoir de quelles manières compte intervenir Madame la Ministre pour pallier à ces dysfonctionnements.
Cet article Question écrite | Lois relatives à l’adoption est apparu en premier sur La France insoumise.
Source: Actualités La France insoumise

Leave a Comment
Partager
Posté par

Derniers articles

VIDÉO – À ces femmes et ces hommes tombés du Covid | Adrien Quatennens

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=XE1u9rGS824?feature=oembed&w=500&h=281] Le 26 mai 2020, Adrien Quatennens intervenait à l’Assemblée nationale lors des débats…

mai 30, 2020

NON au référendum de 2005 : 15 ans plus tard, le déni de démocratie continue !

Communiqué de presse de Julie Lechanteux, Député français au Parlement européen Il y a 15…

mai 29, 2020

#Twitchons – Émission en direct sur Twitch sur les libertés publiques

Vendredi 29 mai à 18h00, participez en direct à la première émission de débat «…

mai 29, 2020

Loi cyber-haine : la censure politique algorithmique en marche

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=bc2ch3exGas?feature=oembed&w=500&h=281] Interventions de Danièle Obono en 1ère et dernière lecture de la proposition de…

mai 29, 2020

NON au référendum de 2005 : 15 ans plus tard, le déni de démocratie continue !

Communiqué de presse de Julie Lechanteux, Député français au Parlement européen Il y a 15…

mai 29, 2020

Déconfinement et retour à l’école : l’Etat doit joindre les actes à la parole !

Ce jeudi 28 mai, le gouvernement a présenté la deuxième étape du plan de déconfinement.…

mai 29, 2020