700 lycéen-ne-s interpellé-e-s : le dialogue et le calme du gouvernement ?

Ce jeudi 6 décembre 2018, au 4ème jour de la mobilisation lycéenne, plus de 300 lycées ont été bloqués pour dénoncer la réforme du baccalauréat et la sélection à l’université. En réponse à ces manifestations, 700 lycéen-ne-s ont été interpellé-e-s partout en France : à titre de comparaison, 378 personnes avaient été arrêtées ce samedi lors de l’acte III de contestation des gilets-jaunes.
A Mantes-La-Jolie, 148 jeunes ont été arrêté-e-s après avoir attendu, à genoux et les mains sur la tête, entouré-e-s de policier-e-s armé-e-s attendant d’être emmené-e-s dans des commissariats du départements. La volonté d’humiliation était claire : ces lycéen-e-s avaient vocation à servir d’exemple à leurs camarades.
Aux scènes de violence physique qui deviennent depuis plusieurs semaines maintenant une habitude, c’est aujourd’hui l’effroi qui a pris place. L’effroi à la vue de ces lycéen-ne-s agenouillé-e-s, les mains sur la tête, leur cartable au dos, cerné-e-s par les forces de l’ordre.
Des blessé-e-s, des tirs à bout portant, des interpellations massives, voilà l’arsenal de répression qui est mis en place face à des lycéen-ne-s pour la plupart encore mineur-e-s. Quand le gouvernement appelle sans concession à l’apaisement, c’est la vie de celles et ceux qui se mobilisent qui est mise en danger.
Les lycéen-ne-s se mobilisent contre la réforme du lycée, contre la réforme du baccalauréat et contre Parcoursup, pour un autre système éducatif. Ils sont reçus par la violence, une violence tant physique que symbolique.
L’annonce de la fermeture préventive ce vendredi 7 décembre d’une vingtaine d’établissements dans l’Oise n’augure aucun changement de cap de la part des autorités qui s’enferment dans la répression.
Alors que Parcoursup avait déjà démontré au mois de juin la volonté de faire du tri entre les élèves parisien-ne-s et les autres, ce sont encore les banlieues et les pauvres qui trinquent.
Jean-Michel Blanquer et Christophe Castaner doivent s’expliquer : pourquoi des lycéen-ne-s sont-ils de la sorte réprimé-e-s ?
Le ministre de l’éducation doit également écouter les revendications qui s’expriment tant de la part des élèves, de la communauté éducative que des parents en revenant sur ses mesures qui n’ont su apporter de réponses satisfaisantes là où il y avait besoin de plus de moyens, de réformes ambitieuses.
Source: Actualités Parti de Gauche

Partager
Posté par

Derniers articles

Prolifération des algues Sargasses : l’État laisse nos compatriotes antillais livrés à eux-mêmes

Communiqué d'André Rougé, député français au Parlement européen Le Sénat vient de rejeter un amendement LREM, soutenu par le gouvernement,…

décembre 11, 2019 3:39

Municipales : troisième vague de validation des stratégies soutenues par la France insoumise

Suite aux remontées de nouvelles assemblées de commune et après étude des différentes stratégies proposées, vous trouverez ci-dessous une troisième…

décembre 11, 2019 11:48

Le «Green Deal» européen ne règle rien. Pour un pacte des jours heureux.

Communiqué : Manon Aubry, Manuel Bompard, Danièle Obono et Mathilde Panot appellent à la mise en oeuvre d’un véritable Green…

décembre 11, 2019 10:46

Deux associations militantes d’aide aux migrants récompensées par la ministre de la Justice : le scandale d’Etat !

Communiqué de presse du Rassemblement National Deux associations immigrationnistes, le mouvement Tous migrants et l’Association nationale d’assistance aux frontières pour…

décembre 11, 2019 9:31

Le rachat des Chantiers de l’Atlantique devant la Commission européenne

Louis Aliot, député, membre de la Commission Défense, et Jérome Rivière, député Européen, membre de la Commission Défense du PE…

décembre 11, 2019 9:29

Green Deal européen : il est temps de passer aux actes

Communiqué de la délégation de La France insoumise au Parlement européen. Il y a quelques jours, notamment à l’initiative de…

décembre 10, 2019 5:49