700 lycéen-ne-s interpellé-e-s : le dialogue et le calme du gouvernement ?

Ce jeudi 6 décembre 2018, au 4ème jour de la mobilisation lycéenne, plus de 300 lycées ont été bloqués pour dénoncer la réforme du baccalauréat et la sélection à l’université. En réponse à ces manifestations, 700 lycéen-ne-s ont été interpellé-e-s partout en France : à titre de comparaison, 378 personnes avaient été arrêtées ce samedi lors de l’acte III de contestation des gilets-jaunes.
A Mantes-La-Jolie, 148 jeunes ont été arrêté-e-s après avoir attendu, à genoux et les mains sur la tête, entouré-e-s de policier-e-s armé-e-s attendant d’être emmené-e-s dans des commissariats du départements. La volonté d’humiliation était claire : ces lycéen-e-s avaient vocation à servir d’exemple à leurs camarades.
Aux scènes de violence physique qui deviennent depuis plusieurs semaines maintenant une habitude, c’est aujourd’hui l’effroi qui a pris place. L’effroi à la vue de ces lycéen-ne-s agenouillé-e-s, les mains sur la tête, leur cartable au dos, cerné-e-s par les forces de l’ordre.
Des blessé-e-s, des tirs à bout portant, des interpellations massives, voilà l’arsenal de répression qui est mis en place face à des lycéen-ne-s pour la plupart encore mineur-e-s. Quand le gouvernement appelle sans concession à l’apaisement, c’est la vie de celles et ceux qui se mobilisent qui est mise en danger.
Les lycéen-ne-s se mobilisent contre la réforme du lycée, contre la réforme du baccalauréat et contre Parcoursup, pour un autre système éducatif. Ils sont reçus par la violence, une violence tant physique que symbolique.
L’annonce de la fermeture préventive ce vendredi 7 décembre d’une vingtaine d’établissements dans l’Oise n’augure aucun changement de cap de la part des autorités qui s’enferment dans la répression.
Alors que Parcoursup avait déjà démontré au mois de juin la volonté de faire du tri entre les élèves parisien-ne-s et les autres, ce sont encore les banlieues et les pauvres qui trinquent.
Jean-Michel Blanquer et Christophe Castaner doivent s’expliquer : pourquoi des lycéen-ne-s sont-ils de la sorte réprimé-e-s ?
Le ministre de l’éducation doit également écouter les revendications qui s’expriment tant de la part des élèves, de la communauté éducative que des parents en revenant sur ses mesures qui n’ont su apporter de réponses satisfaisantes là où il y avait besoin de plus de moyens, de réformes ambitieuses.
Source: Actualités Parti de Gauche

Partager
Posté par

Derniers articles

Revivre le passage des propositions de loi de la France insoumise à l’Assemblée

Le jeudi 21 février 2019, les propositions de loi de la niche parlementaire de la France insoumise étaient débattues à…

février 22, 2019 6:43

RIC communal, conseils de quartiers souverains et autres mécanismes : pour un contre-pouvoir populaire par le bas

Edito de Rhany Slimane, candidat France insoumise aux élections européennes.  Le rôle des citoyen·ne·s dans la prise de décision politique…

février 22, 2019 6:29

#eFi11 – Histoire et signification de la République en France

Samedi 23 février à 10h30, suivez en direct le 11e cours de l’école de formation de la France insoumise :…

février 22, 2019 6:14

Le Parti socialiste affirme son soutien à l’Humanité

Le Secrétaire national Stéphane Troussel représentera le Parti socialiste lors de la soirée de solidarité en faveur de L’Humanité organisée…

février 22, 2019 5:30

Discussion de la proposition de loi RIC – réponses du rapporteur

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=hBCfNYNl6as?feature=oembed&w=500&h=281] Le 21 février 2019, Bastien Lachaud, rapporteur de la proposition de loi visant à instaurer le RIC, a…

février 22, 2019 5:04

Au secours, Le TAFTA revient !

Communiqué de presse de Jean-Luc Mélenchon. Jeudi 21 février, les ministres de l’Union européenne du commerce étaient réunis à Bucarest.…

février 22, 2019 2:33