François Hollande, pompier pyromane de l'apprentissage

Travail, économie, emploi

Gérard CHERPION, Député des Vosges et Délégué national en charge du Travail et de l’Emploi de l’UMP, demande au Président de la République de fixer un cap clair à une réforme profonde de l’apprentissage, et non pas de vouloir simplement jouer sur les chiffres.La politique catastrophique du Gouvernement en matière d’apprentissage ces trois dernières années a mené l’apprentissage à son plus bas niveau depuis une dizaine d’année : baisse de 8% en 2013 et de 3% en 2014. Gérard CHERPION avait prédit des effets dévastateurs suite à la mesure du Gouvernement en 2013 de supprimer les aides aux entreprises de moins de 10 salariés, et il a eu raison.Pendant trois ans, le Gouvernement a présenté des lois creusant toujours plus la tombe de l’apprentissage, et ce afin de subventionner des contrats aidés, comme par exemple les emplois d’avenir, qui n’ont d’avenir que le nom.2017 approchant, François Hollande cherche par tous moyens d’améliorer son bilan calamiteux à la tête de la France. La mesure annoncée aujourd’hui, d’exonérer de salaires et de charges sociales les entreprises de moins de 11 salariés pour l’embauche d’un mineur apprenti, va dans ce sens. C’est une annonce court-termiste afin d’augmenter le nombre d’apprentis en 2016 et 2017. Monsieur Hollande réfléchit ainsi d’abord à son propre avenir avant de penser à l’avenir des jeunes de France. L’ « handicap structurel » de l’apprentissage dénoncé aujourd’hui par François Hollande est bien la politique qu’il mène en la matière.Qu’arrivera-t-il la seconde et la troisième année de formation des apprentis lorsque les employeurs devront payer, d’un coup, la quasi-totalité des charges et des salaires ? Pourquoi exclure les majeurs, dont les étudiants en université et les décrocheurs ? Pourquoi ne pas aller jusqu’au bout de la logique et avoir interdit aux jeunes de 14 à 16 ans d’entrer en apprentissage ? Cette possibilité a été supprimée par le dogmatisme socialiste après 2012.Une nouvelle fois, François Hollande fait preuve de son incapacité à fixer un cap, à proposer une réforme crédible au pays. Au lieu de s’inquiéter des chiffres, il devrait s’inquiéter de l’avenir des Français et notamment des jeunes, dont le taux de chômage a encore augmenté ce mois-ci. Une réforme profonde de l’apprentissage est nécessaire, mais une réforme au service des jeunes, des parents et des entreprises. Une telle mesure ne sert à rien tant que l’image de l’apprentissage ne sera pas revalorisée. Il serait peut-être temps de rétablir le Ministère à l’Apprentissage, créé par Nicolas SARKOZY et supprimé en mars 2013, preuve du désintérêt pour l’apprentissage de François Hollande.Gérard CHERPIONDélégué national en charge du Travail et de l’Emploi
Source: Actualités UMP

Laisser un commentaire