Honte au maire de Wissous : l'eau est un droit humain !

Depuis début juillet, le campement de familles Rroms de la ZAC des Hauts de Wissous subissent une précarité en eau de plus en plus forte. Le responsable ? C’est le maire (PS) de Wissous, dans l’Essonne, Régis Roy-Chevalier qui a fait couper les accès à l’eau dont ils disposaient.Dans cette zone industrielle, cinq bornes incendie apportent la ressource en eau. Faute de la part de la mairie d’avoir pris les dispositions pour leur apporter les solutions sanitaires nécessaires, les familles s’approvisionnent depuis un an sur ces points d’eau. Mais le 6 juillet dernier, trois de ces cinq bornes ont été fermées par la municipalité. Une quatrième vient d’être asséchée le 24 juillet. La dernière borne se trouve à 1 kilomètre du camp.
Le Parti de Gauche ne peut que condamner cette attitude irresponsable de la part de la municipalité de Wissous. Cent cinquante vies humaines, dont un tiers d’enfants, et la santé des familles présentes sont en jeu.Il y a un an, ces familles Rroms avaient déjà du quitter Massy à la suite d’un incendie ayant ravagé leur campement.
Pourtant, l’accès à l’eau est un droit humain !
Alors que le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) reconnaît implicitement le droit à l’eau et à l’assainissement dans ses articles 11 et 12.Alors que le 28 juillet 2010, l’Assemblée générale de l’ONU a reconnu l’accès à une eau de qualité et à des installations sanitaires comme étant un droit humain.Alors que le Code de l’action sociale et des familles dans son article L115-3 dispose que

Entretien de Jean-Luc Mélenchon à Place au peuple


Pour la deuxième fois consécutive, signe de sa vitalité, le Front de Gauche organise des Estivales les 23 et 24 août à Grenoble. La plupart des formations tiendront leurs universités propres à proximité pour ensuite faire front, ensemble, lors de ce rendez-vous à Grenoble. Il est donc à nouveau fondamental de se retrouver aux Estivales à quelques mois des élections européennes ?
Jean-Luc Mélenchon : Evidemment qu’il est important de se retrouver dans des estivales !
Je crois que cela fait partie de ces merveilles du Front de Gauche auxquelles on n’est pas assez attentifs. L’existence-même du Front de Gauche depuis maintenant 2009, donc depuis 4 ans, est très courte dans l’histoire politique. Pour autant, il a franchi victorieusement toutes les étapes et tous les défis qu’il avait à relever. Nous sommes neuf organisations différentes ! En quatre ans, le Front s’est élargi d’une manière spectaculaire, puisque nous l’avons commencé en 2009 à deux partis, le PCF et le PG. Puis est arrivée la Gauche Unitaire qui était une première scission du NPA, qui a été suivie ensuite au fil du temps de 3 autres scissions supplémentaires qui nous rejoignaient. La FASE, le PCOF, les Alternatifs aussi ont intégré le front au fur et à mesure des garanties de viabilité qu’il donnait et des succès qu’il remportait : le premier étant fondateur, celui des élections européennes de 2009. Ainsi, la diversité des cultures de référence dans nos rangs est considérable. Il ne faut pas la sous-estimer. Il ne faut pas sous-estimer ce qui peut séparer, du point de vue de la doctrine, le Parti Communiste des Ouvriers de France de République et Socialisme, pour prendre deux exemples qui me semblent bon à mettre en parallèle. Et même, cela n’empêche rien. Et même souvent cela permet beaucoup d’audace.
En 2014, nous allons nous trouver de nouveau au début d’un cycle politique déterminé par la façon avec laquelle les peuples répondront à la question européenne. Ce sera fondateur une nouvelle fois. 2009, c’était l’écho lointain, mais le premier écho suivant le référendum de 2005 sur le traité constitutionnel. Car, c’est en 2005 que notre gauche s’est avancée sur la scène, qu’elle a commencé à se donner à voir comme un tout cohérent politiquement autour d’un objet commun qui était le vote

Déclaration de Jean-Luc Mélenchon • Pour la deuxième fois on tue l'un des nôtres

Pour la deuxième fois c’est l’un des nôtres qu’on assassine en Tunisie. Mohamed Brahmi a reçu 11 balles dans le corps. Le meurtre politique est avéré, son intention terrorisante absolument évidente ! Mohamed Brahmi et les Tunisiens du Front populaire sont les empêcheurs de penser en rond dans la comédie de l’opposition entre laïques obligatoirement silencieux sur les questions sociales pour ne pas diviser, et islamistes prétendument représentatifs de la religion musulmane des Tunisiens mais qui appellent sans réplique à