Des réformes courageuses s'imposent désormais pour sauver la maison Radio France !

Culture et communication

Alors que la grève à Radio France sera une nouvelle fois reconduite pour le 14e jour demain, créant de fortes perturbations des antennes, une gêne insupportable pour leurs auditeurs (et contribuables) et sans doute des conséquences durables (hélas) en terme d’audience, la Cour de Comptes rend un rapport qui s’annonce choc mais de bon sens !La cour, si elle rappelle en propos liminaires la qualité et les atouts incontestables de la Maison Ronde, n’en dresse pas moins un réquisitoire implacable sur les dépassements de budget chroniques (concernant notamment le chantier initié en 2004 et qui a déjà couté plus de 600 ME !) et les réformes extrêmement claires à mettre en œuvre sans attendre.Deux propositions émergent à nouveau :la fusion pure et simple des principales rédactions du groupe (France Inter 140 journalistes, France Info : 100 et France Culture : 40) ;la fusion des deux orchestres (250 musiciens) : celui Philarmonique de Radio France (créé en 1937) et l’Orchestre National de France (créé en 1934) coexistant en sus du Chœur (100 personnes) et de la Maitrise de Radio France pour un coût en hausse de plus de 60 ME, seulement 2 ME de recettes et une baisse des concerts diffusés à l’antenne !Alors que ce serpent de mer dénoncé par de nombreux rapports depuis la fin des années 90 (tant au plan de notre ancien audiovisuel extérieur – France24/RFI – qu’au plan intérieur), n’en finit pas de plomber les comptes de ces sociétés publiques mettant en cause leur devenir même (21 ME de déficit annoncé en 2015 pour Radio France), qu’attend le Gouvernement pour réagir et enfin prendre les mesures vigoureuses qui s’imposent ?!Le contribuable français doit-il en permanence être le dindon payeur au sein de cette farce corporatiste et syndicale ?L’UMP en appelle aujourd’hui au courage et à la mise en œuvre – qui ne peut plus attendre – des mesures de bon sens proposées par la Cour des Comptes !David-Hervé BOUTINSecrétaire National à la Culture
Source: Actualités UMP

Maintenir une production laitière répartie sur tout le territoire national, voilà une politique d'aménagement du territoire

Société

La France était déjà isolée pour défendre le système des quotas laitiers lorsque la chute des prix de 2008 a plongé le secteur laitier dans une crise dont personne n’a oublié la gravité. Les quotas laitiers n’ont pour autant pas permis d’éviter ni la diminution du nombre d’exploitations laitières ni la crise du marché laitier.La décision de leur suppression est devenue irrémédiable en 2013.Une légitime inquiétude prévaut chez de nombreux producteurs désormais livrés à la seule règle du marché. Bien que le gouvernement de Nicolas SARKOZY ait engagé le mouvement de contractualisation, l’écart de compétitivité s’est accru depuis 2012 avec nos concurrents européens. L’UMP constate que l’agriculture française n’a pas échappé au matraquage fiscal.Pour donner aux producteurs de lait français toute leur chance, le gouvernement doit engager une vraie politique de baisse des charges fiscales et sociales et soutenir une politique d’investissement productif en particulier en zone de montagne où les investissements sont les plus chers.Maintenir une production laitière répartie sur tout le territoire national, voilà aussi une politique d’aménagement du territoire.Michel DANTINSecrétaire National à l’AgricultureDéputé européen
Source: Actualités UMP

Le Comité des Outre-Mer de l'UMP se réjouit de la victoire des listes d'union UMP-UDI à Mayotte et à La Réunion

Etat et collectivités

Le Comité des Outre-Mer de l’UMP, par la voix de son Secrétaire Général, Daniel GIBBS, se réjouit de la victoire des listes d’union UMP-UDI à Mayotte et à La Réunion, à l’occasion du deuxième tour des élections départementales du 29 mars 2015.Avec 14 sièges au Conseil départemental de Mayotte, les élus de notre Mouvement en binômes avec nos alliés de l’UDI remportent la majorité absolue au sein de l’Assemblée Départementale et infligent un désaveu cinglant à la majorité de gauche sortante, qui ne conserve que 4 sièges.A La Réunion, les candidats de l’union UMP-UDI-Objectif Réunion obtiennent une majorité très forte au sein du Conseil Départemental, avec 32 élus sur 50 sièges. La gauche, Parti Socialiste et Parti Communiste Réunionnais, encaisse une défaite spectaculaire et historique en ne sauvant que 14 sièges.Ces deux très belles victoires, qui permettent à notre Mouvement de reconquérir deux départements d’Outre-Mer, sont le fruit de la qualité de nos candidats, de la stratégie d’union voulue par Nicolas Sarkozy au niveau national et de la campagne de terrain menée dans ces deux îles.En rassemblant ainsi une large majorité d’électrices et d’électeurs, conscients de l’enjeu de ce scrutin pour l’avenir de leur territoire, le succès de nos candidats à Mayotte et à La Réunion est l’illustration que l’alternance est en marche, aussi bien au niveau local que national.Daniel GIBBSSecrétaire Général du Comité des Outre-MerDéputé de Saint-Barthélemy et Saint-Martin
Source: Actualités UMP